J’ai testé pour vous…King Kong Théorie !

Et je n’ai pas fait les choses à moitié car j’ai lu le livre ET vu la pièce ! J’ai découvert ce livre de Virginie Despentes alors que je cherchais « Le deuxième sexe » de Simone de Beauvoir. Non, je ne suis pas une féministe intégriste, je suis une femme et je m’intéresse au féminisme. J’aurais d’ailleurs pu appeler ce post « J’ai testé pour vous le féminisme » car je suis allée voir également la pièce « Et pendant ce temps…Simone veille ! » , qui présente le combat des femmes à travers quatre générations de femmes.
Src@billetreduc
Pièce que je recommande fortement car elle nous rappelle qu’autrefois les femmes pouvaient se marier avec le consentement du père, divorcer qu’avec le consentement du mari, porter des pantalons si elles étaient à vélo ou à cheval (loi tirée du Code Civil et retirée…l’an dernier seulement !), ne pouvaient pas utiliser de moyens de contraceptions sous peine d’être des meurtrières, n’avaient pas le droit de voter ou de travailler,…bref nos mères, grand-mères se sont battues pour que nous ayons des droits et c’est notre devoir de continuer leur combat ! Cette pièce est bien écrite, intelligente et pleine d’humour, allez y avec maris et enfants sans attendre !

Je m’égare ! J’ai donc lu le livre de Virginie Despentes « King Kong Théorie« , faisant référence à son histoire et à l’Homme. Livre (tout comme la pièce) divisé en 5 volets :
– Le viol
– La prostitution
– La pornographie
– King Kong
– Et aujourd’hui ?
King Kong Theorie

Le viol
Sujet délicat, honteux. Sujet controversé. Il n’y a pas un viol, il y a tout type de viol : le viol sous alcool, sous GHB, le viol en tournante, le viol par un proche, … Un viol est un acte sexuel non consenti par les deux parties. Le viol est un acte de violence fait aux femmes… et aux hommes. Le viol est aussi une arme en tant de guerre, une belle manière de mesurer sa violence et ses conséquences pour la personne qui le subit (Khadafi l’avait d’ailleurs bien compris et en a tiré parti). Elle écrit à ce sujet « Il est fondateur. De ce que je suis en tant qu’écrivain, en tant que femme qui n’en est plus tout à fait une. C’est en même temps ce qui me défigure et ce qui me constitue. » Un viol sali. Un viol culpabilise la victime, l’agresseur, lui trouve une raison pour que ça se soit produit et pour vivre avec sans y penser au quotidien, sans en être marqué. Un viol ne se dit pas, ne se raconte pas. Comment peut-on vivre avec ? Comment peut-on s’en révéler ? La majorité bien pensante ne peut pas accepter ça.
Toutes les autres formes d’agressions sont racontables, les gens prennent parti et condamnent. Les victimes sont des victimes et les agresseurs des agresseurs. Le viol, est la seule agression qui met mal à l’aise, car elle touche à l’intimité, au sexe, à son « soi profond », à ce qui fait de moi une femme ou un homme.Le viol est la seule agression ou « la victime doit avoir sa part de responsabilité » : Elle est sortie en mini-jupe la nuit, elle a fait du stop, elle a bu lors d’une soirée,…Camille Paglia écrit « Le viol est un risque à prendre, inhérent à notre condition de filles ». Tout est dit « ça peut arriver parce que je suis »

La prostitution
Le plus vieux métier du monde…Il n’est pas question d’être pour ou contre. Il est question de comprendre comment une fois de plus, la femme est écartée. Ecartées par les hommes ET par les femmes. Ecartées physiquement en les poussant hors des villes, aux abords des bois, des autoroutes. Ecartées pour les rendre plus vulnérables, pour les punir de vendre leur corps, ce même corps sensé se donner par amour, sensé donner la vie. Très intelligemment, Virginie déclare que oui, elle s’est prostituée, que c’était de l’argent facile, que ce n’était pas ce que la majorité bien pensante disait, que ça lui avait permis d’aller au bout de sa sexualité…Avec l’homme de sa vie, il est rare de concilier mère et putain, rare d’aller au bout de ses fantasmes ou de ses envies, par peur d’effrayer l’autre, peur d’être envisagé(e) différemment. Elle compare la prostitution a de la came, c’est pertinent.
Elle s’interroge aussi sur cette prostitution « non dite » telle : La parfaite ménagère qui s’attelle aux tâches ménagères et répond aux désirs de son homme contre la sécurité, le confort, la reconnaissance dans une société. Il y a aussi l’intéressée qui va se marier avec un homme plus vieux pour l’argent, le confort,…Finalement, est ce qu’une prostituée (choisie) n’est pas plus honnête envers elle et envers les autres ?

La pornographie
J’ai regardé mon premier bout de film porno à 13 ans, une femme qui se faisait prendre par un inconnu dans un ascenseur. Mon corps a réagi, mélange de peur, de dégoût et d’excitation. Une partie inconscient de moi réagissait à des images. Depuis, je ne prends jamais l’ascenseur seule avec un inconnu. Goût du risque ou perversité ? Je ne monte que si on est trois ;-). Pourquoi raconter ça ? Parce que nous avons tous un rapport à la pornographie et elle essaye de montrer que la pornographie est faite par les hommes ET pour les hommes et qu’une fois de plus, la femme est rabaissée au rang d’objet. Objet dont l’homme peut disposer comme il le souhaite. Pas la peine de voir des pornos pour voir des femmes rabaissées…La dernière illustration en date est celui des publicités comparant les femmes à des voitures en évoquant leurs carrosseries…Classe ! Et l’avant-dernière est une affiche vue à la Manif pour tous montrant deux hommes se tenant la main avec marqué « Qui va faire la vaisselle maintenant ? » La femme lave-vaisselle : choquant.

Les deux dernières parties traitent toujours de la femme, de toutes les femmes, des manipulations pour nous conditionner à se satisfaire de notre situation mais aussi des éventuelles portes restant à ouvrir.
Le livre est intéressant…Il s’achète même aux rayons « psycho-socio », un manifeste pour un nouveau féminisme.
La pièce est époustouflante. Les trois actrices endossent tour à tour le rôle de Virginie Despentes : adolescentes punk, putes, rebelles, blondes peroxydées, actrices porno, femme rangée, écrivain…Elles sont toutes cette femme avec ces multiples facettes. Mention spéciale pour Anne Azoulay que j’ai trouvé juste, belle, touchante, fragile, forte…Une femme qui nous rappelle à quel point c’est complexe d’être une femme mais aussi à quel point c’est beau une femme.
Souvent au théâtre, il y a une scène, un ou plusieurs décors, des costumes…On sait qu’on est au théâtre. Là non. On est Virginie Despentes : on est sur ce parking, on marche dans cette rue avec nos talons haut, on est cette bouche rouge et ces yeux trop maquillés,…Je ne peux que saluer le talent de Vanessa Larré, metteur en scène. Tous mes sens ou presque ont été sollicités. Je n’ai pas vu une pièce, j’ai assisté à une performance artistique.
Une pièce musclée, sans langue de bois que je recommande à tout le monde bien sûr mais surtout aux jeunes filles et aux jeunes hommes. A ceux qui pourront changer les relations homme-femme, les réequilibrer.

Publicités

J’ai testé pour vous…laisser s’exprimer sa kleptomanie !

L’autre soir, devant « l’Art et l’Empire du milieu », un reportage sur Arte traitant de l’Art en Chine, un intervenant dit : « Après avoir bu, on peut se laisser aller à des pratiques sexuelles incorrectes » Mais qu’est ce qu’une pratique incorrecte ? Violer sa mère et après la tuer car elle a trompé son père ….Effectivement, et encore incorrect semble un mot assez faible. A cet instant, déculpabilisation totale et absolue : Je ne suis qu’une petite joueuse avec ma « kleptomanie publique » !
Tout le monde boit un jour ou l’autre et chacun a des comportements différents liés aux effets de l’alcool. Il s’avère que moi, j’ai la chance d’assez bien me connaître sur ce plan et de savoir que la bière, selon le lieu de débauche, met en exergue ma kleptomanie publique…Oui, je veux garder un souvenir tangible de cette soirée, un peu comme… comme un trophée !
C’est donc ainsi que l’autre soir, je rentrais d’un apéro un peu arrosé quand je passe à côté d’un cône de signalisation, plus couramment appelé plot de signalisation, un plot orange et blanc quoi.

mascotte-de-plot-orange-et-blanc-de-taille-géante

Je le regarde, je continue mon chemin quand une lumière s’allume dans mon esprit embrumé. Je souris. Il me le faut. Demi-tour. Je regarde à droite, à gauche, personne. Ni une, ni deux je l’attrape (wahou c’est lourd et peu pratique à porter) et continue mon chemin portant fièrement mais encombre, mon plot sous le bras.
J’arrive devant la grille de l’immeuble. Une voiture stationne. Deux hommes discutent. Pour ne pas paraître suspecte – ce qui est stupide car qui se promène avec un plot à une heure aussi tardive ?! A part les gens de la DDE bien sûr ! -, je les salue et rentre. J’arrive à la maison en gloussant, chéri-coco est dans le canapé …J’attrape le plot, le brandit fièrement à proximité de ma bouche telle une trompette et « poinnnnn poinnn poinnnnn »
BABYYYY ? Qu’est ce que c’est que ce plot dégueulasse dans la maison ?
Oups, il semblerait que chéri-coco trouve ça beaucoup moins drôle que moi. Je deviens toute rouge, baisse la tête, rentre les épaules et vais le poser sur le balcon.
– Mais baby…Où tu as trouvé ça ?
– Dans la rue
– Et tu l’as ramené ? Mais pour quoi faire ?????
Ah ! Pas bête ! Pour quoi faire ?
– Je ne sais pas trop sur le moment j’ai trouvé ça drôle…Il était là dans la rue, il n’y avait personne…A part les deux gars en bas dans la voiture et…
– Deux gars en voiture ?
– Oui mais t’inquiètes ! Je les ai salués pour faire genre…faites pas attention à moi je…
– BABY !
– Quoiiiii ? Rhooo ça va ! T’es pas drôle ! Je le ramènerais demain.
– J’espère bien parce que tu sais …
– QUOI ? -instant de panique – Tu crois que les deux gars étaient des surveillants de plot ? Et que la rue est filmée ?
Il sourit
– Peut-être oui…Tu sais que ça coûte cher les plots en plus…c’est du vol baby !
Merde ! Je suis une voleuse ! J’ai touché à la propriété de la ville ! Je vais finir en taule juste parce que je vais avoir « emprunté » un plot un soir d’ivresse…Oh ! Et je vais avoir un casier, c’est sûr ! Je ne pourrais plus faire partie d’associations, ni me présenter pour certains types d’emplois…ni même voyager dans certains pays…Mon dieu ! Un casier ! Purée et si j’ai des enfants…mais qu’est ce qu’ils vont penser ?
Il continue de sourire…Ben oui baby, les actes ont des conséquences…J’espère pour toi qu’ils ne te retrouveront pas. Aller viens on va se coucher.
Comment peut-il rester aussi calme…Une criminelle, voilà ce que je suis et lui il sort avec une criminelle. Ca ne le perturbe guère on dirait. On se couche. Il s’endort presque aussitôt…du sommeil du juste…lui, alors que moi je suis là, je me tourne, me retourne…et imagine le pire…l’heure tourne…1h30…2h…2h30…3h…Allez, debout, je ramène le plot.
Je me lève tout doucement, sors de la chambre, enfile un baggy, une casquette, sweat capuche remonté et lunettes…arf, je n’y vois pas grand chose, tant pis. Je dois être méconnaissable.Je laisse un mot sur la table au cas où il se réveille en mon absence : »Baby, je suis descendue rapporter le plot…si je ne suis toujours pas là quand tu te réveilles, appelle les commissariats, tu m’y trouveras surement…Je t’aime…pardon »
J’attrape le plot, prends l’ascenseur et me faufile telle une ombre dans la nuit…On dirait presque Pam de « Cat’s Eyes », enfin sans les talons et plus en mode ghetto. Je suis une justicière. La musique de mission impossible résonne dans ma tête. Je ramène l’objet du délit.
Plot déposé, personne ne m’a vu, faute effacée. Je retourne me coucher et m’endors à mon tour, du sommeil du juste.
Le lendemain soir chéri-coco me dit « Ah la tête que tu as baby, tu as mal dormi ? »
Et là, je lui raconte mon périple nocturne. Il éclate de rire « Mais que tu es bête baby ! La rue n’est pas filmée, ça ne craignait rien…par contre, c’est assez malin d’avoir évité la concierge ce matin. Elle t’aurait sûrement regardé bizarrement…quoique, peut-être pas plus que d’habitude 😉 »
Que ça me serve de leçons, dorénavant, je réfléchirais à deux fois avant de laisser s’exprimer ma kleptomanie 😉

J’ai testé pour vous…Le grand prix Stratégies du Design !

J’ai testé pour vous « Le grand prix Stratégies du Design 2014 » car je suis une triste victime des stratégies marketing et du packaging produit, il allait donc de soi que j’aille tester cet événement annuel qui existe depuis maintenant 28 ans (quand même !).
Le principe est simple, des agences et des annonceurs présentent des projets/ campagnes réalisées dans l’année qui allient stratégie et design 😉
Ils peuvent concourir dans les catégories suivantes : identité visuelle, packaging, design produit, PLV-merchandising, webdesign, environnement-signalétique-muséographie, architecture commerciale, design d’édition, création de nom de marque, design sonore et design global de marque.
98 dossiers, 10 catégories et un seul grand prix…Le suspense est à son maximum ! Je ne vais pas tout vous raconter mais juste m’arrêter sur mes coups de cœur et mes coups de gueule !

Coup de cœur

1. LESS – Landor Associates pour Cave Garibaldi, marque de vin écoresponsable qui vous invite à venir en boutique avec votre bouteille pour la remplir au fût…Fini le gaspillage, réduction des coûts…sans pour autant perdre en qualité ! I liiiike !!! « Less is more »
Disponible aux Caves Garibaldi à Saint-Ouen
Less is more
@src img stratégies

2. Les cartons d’invitation pour le lancement des nouveaux parfums Lagerfeld
Simplement génial ! Quelle magnifique idée d’utiliser le col des chemises de Karl, reconnaissable entre tous en un seul coup d’œil ! Cartons dessinés dans un tissu fin pour insister sur la qualité et le luxe…et cartons intriguants qui invitent à se rendre sur le site pour en savoir plus. J’adore ! C’est intelligent, fin, multicanal et de qualité ! Alliance parfaite entre stratégie, design et mode.
Cartons invitations KArl Lagerfeld
@src img stratégies

3. NUMA
Le nouveau nom du Silicon Sentier pour NUmérique et huMAin ! Les grands gagnants de la soirée, ils ont remporté deux prix ET le grand prix Stratégies du Design 2014. Ils ont travaillé sur un nom, un nom qui représente tous ces start-upers, ces espaces de vie et de travail, ces innovations, ces initiatives ! Numa, un nom court qui rappelle la simplicité et l’efficacité du MoMa.

4. Veuve Clicquot
Simplement génial ! L’emballage de la bouteille se transforme en robe qui se transforme en seau à champagne…Une idée luxueuse, intelligente et écolo. J’en veux une à la maison !!!!
Veuve Clicquot packaging seau à champagne

Coup de… Ne se prononce pas
Le centre Leclerc de Romorantin-Lanthenay
Je suis mitigée parce que comme toute bonne provinciale, dès qu’on parle de ma région, je me sens toute…nostalgique et presque ultra nationaliste « Ah oui, LA boîte de Romorantin-Lanthenay…qu’est ce qu’on avait rigolé !….Et tu te souviens ? Notre premier…et seul (je touche du bois…Aïe) accident de voiture…on avait fini dans le fossé…ahlala, romorantin quoi ! » Donc imaginez, ma petite fierté quand…attention, ça envoit du lourd…Le centre Leclerc de Romorantin est le gagnant de la catégorie « Architecture commerciale » ! Hé ouai, les romorantinais et les romorantinaises ont dorénavant un centre commercial architectural ! Une fois mon enthousiasme passé, je découvre que l’idée était de casser les concepts de magasin établis et de créer « un espace de vie », un peu comme un marché couvert dans la ville…Wahou ! Un marché couvert ! Concept révolutionnaire…qui date de 1920 !!! 😉 Un espace de vie et de convivialité pour que les gens se retrouvent, échangent et se sentent bien… Je ne savais pas les directeurs de grandes surfaces aussi altruistes ! Cependant, je m’interroge…S’il y a un endroit où je me sens bien, j’y reste plus longtemps donc…je consomme plus…Alors quid du bien-être et de la convivialité alors que nous savons déjà que les ménages sont sur-endettés ? Quid des commerçants dans une ville où les habitants ne sont plus obligés d’aller car leur grande surface propose dorénavant tout au même endroit ?
Leclerc Romorantin

Coup de gueule
Hé oui, il en faut ! Et j’en ai deux !
1. La goutte d’Evian
Le concept ? Créer des bouteilles d’Evian de 20cl « La Goutte d’Evian »…Certes, quand on entend goutte, on comprend vite le concept, bien que le choix soit risqué car, rappelons le, la goutte est une maladie, généralement masculine qui est liée à un excès d’acide urique dans le sang…pas très glam l’association d’idée :/ Ensuite, « La Goutte d’Evian se retrouve dans tous les endroits IN -silence- INattendus dans Paris » dixit l’agence…et permet de répondre à des petites soifs ponctuelles. Un produit jetable et éphémère pour répondre aux besoins des personnes « IN » (…et aux touristes se promenant dans certains endroits « IN » de Paris)…Quel concept ! Comment peut-on concevoir des produits de ce type alors que nous savons que nous produisons déjà trop de déchets ? Exit la goutte, prenez des sacs plus grands et portez votre bouteille d’1,5L ! Et si vous avez une petite soif, buvez simplement quelques gorgées 😉

2. Les musées dans les gares/stations
L’idée semblait bonne « Apporter la culture dans les stations RER et métro pour permettre aux usagers de se cultiver en attendant leurs métros ou RERE au lieu d’être exposés à des pubs, des pubs…et toujours des pubs » sauf qu’…ils ne sont pas, à mon goût, aller assez loin dans la démarche. Promouvoir les musées c’est bien mais pas uniquement avec une photo et deux phrases…apporter de la culture sur les quais, ce serait en dire un plus.
Je félicite quand même la démarche. Merci de nous exposer à moins de publicité.Peut-être iront-ils plus loin dans un deuxième temps peut-être ? Allez la SNCF et le transilien…Habillez les murs et panneaux d’intelligence ! 🙂
PRix SNCF Transilien

1er Grand Prix du design testé…et approuvé ! ça fait plaisir de voir que certaines agences et marques ont des idées novatrices, écolo avec l’humain au centre 🙂
Pour en savoir plus sur le Palmarès et découvrir les campagnes, c’est ici.