Le 13 juin, j’ai marché POUR la fermeture des abattoirs. #StopAbattoirs

Le 13 juin dernier était organisé à Paris une manifestation pour la fermeture des abattoirs et j’y étais !
Malheureusement, je crois peu au pouvoir des manifestations. Il m’est arrivé, comme tout le monde, de manifester dans ma jeunesse (CPE, le FN,…) tout en restant convaincue que ma voix s’entendrait sûrement plus par le vote, quoiqu’il puisse arriver à mon entourage de s’exclamer d’un « P**** mais on n’est pas SOURD ! On l’entend bien là ta voix » !
Quand j’étais jeune, manifester était une occasion de ne pas aller en cours, de boire de la bière entre potes en gueulant des slogans et en se peinturlurant le visage et le corps avec de vrais messages « NON AU FN » « DEHORS LES FACHOS ». « La valeur n’attend pas le nombre des années« …faut croire qu’avec moi, si 😉
Et puis le 13 juin, il y a eu cette manifestation pour la fermeture des abattoirs et cette fois, le seul moyen de me faire entendre était celui d’être là, dans la rue, en nombre, à dénoncer les violences dont sont victimes chaque jour les animaux pour ne pas « déranger » nos habitudes alimentaires.

Pourquoi il fallait y être ?
– Parce que c’était une occasion d’exprimer sa créativité et de se perfectionner en DIY en faisant soi-même son t-shirts…
Fermons les abattoirs
… ou en écrivant les slogans slammés lors de la manifestation
Slogans #StopAbattoirs

Parce qu’il faut donner de la voix à ceux qui ne peuvent se faire entendre ! Je parle ici des vaches, poules, canards, cochons, poissons… qui ne peuvent définitivement pas marcher sur le béton avec leurs petites pattes en scandant « Arrêtez de nous torturer avant de nous bouffer ! Si vous voulez nous bouffer, chassez-nous à l’ancienne, soyez sports ! Nous manger après tout ce que vos congénères nous administrent, c’est VOUS intoxiquer ! Ecoutez mon veau mugir et après seulement, buvez mon lait ! »
Slogans abattoirs

Parce que c’est important de s’intéresser à sa planète et de savoir que les abattoirs (tout comme les animaux élevés en batterie ou en élevage industriel), consomment beaucoup d’eau (ressource rare dans certains pays), rejettent des liquides susceptibles d’être chargés en polluants organiques,…donc polluent la planète !

Parce que la maltraitance animale au sein des battoirs est une réalité ! Se cacher derrière le « Ah mais je ne mange que de la viande de petit producteur qui a été bien traité » est une utopie ! Savez-vous seulement comment votre viande a été abattue ? Allez-vous manger de l’animal qui a souffert ? qui a eu peur ?
« Depuis 1964, l’étourdissement préalable des animaux est obligatoire en France afin d’éviter la souffrance lors de l’abattage. Une dérogation permet toutefois d’abattre les animaux en pleine conscience, sans insensibilisation, dans le cadre strict de l’abattage rituel. Or, sous couvert de cette dérogation, de nombreux abattoirs français ont généralisé cette pratique en dehors de tout cadre religieux…Reste que la souffrance, durant la période de l’abattage, commence largement avant celle de la mise à mort. Elle débute avec le transport des animaux vers l’abattoir, se poursuit durant les longues heures d’attente qui précèdent leur exécution. Autant d’étapes durant lesquelles les interventions humaines, la qualité des équipements et la promiscuité avec les autres animaux peuvent occasionner des douleurs. » – Src Le Monde

Parce qu’il y a des hommes et des femmes qui chaque jour se lèvent et vont travailler dans ces abattoirs. Et chaque jour, ils sont chargés d’étourdir, de dépecer, de vider, de démembrer,… ces animaux. Et chaque jour, ces hommes et ces femmes sont exposés à de vrais risques professionnels : biologiques, physiques, chimiques, thermiques, psychologiques,…
Les travaux effectués dans les abattoirs, ateliers de découpe et centres d’équarrissage sont des activités professionnelles qui exposent à de nombreux risques spécifiques, dont les risques biologiques de zoonoses (transmission de certaines maladies animales à l’homme…et dire que certaines personnes mangent cette viande ), de contact avec des agents biologiques pathogènes et des risques physiques particuliers (coupures avec les couteaux et autres instruments tranchants, blessures lors du travail avec des animaux vivants, travail dans les chambres frigorifiques…), en plus des risques communs comme les chutes de plain-pied sur sol glissant, l’exposition au bruit, etc.
Le nombre de salariés exposés à ces risques dans les abattoirs et centres d’équarrissage est de 270 00 environ en France avec un taux de fréquence et de gravité des accidents du travail supérieur à la moyenne des professions.
-Src Officiel Prévention –

Parce que réaliser qu’on est nombreux à répondre présent et voir des familles, des ados et des enfants manifester contre les abattoirs, c’est garder espoir en l’avenir et ça, ça fait du bien !
Fermeture Abattoirs

Publicités

J’ai testé pour vous…effectuer une retraite en ashram !

Suite à mes vacances à la réunion, j’ai décidé d’effectuer une retraite dans un ashram pour m’essayer à la méditation et au yoga, mais surtout pour vivre à un autre rythme, celui de la paix intérieure (rien que ça, et oui !).
J’ai donc cherché sur le net des adresses d’ashram pour des séjours pas trop long et pas trop loin, appelons ça de la prudence liée à une assez bonne connaissance de soi 😉
Une très bonne amie me conseille l’ ashram de Sivananda, à Neuville sous bois, dans lequel elle a effectué une retraite le temps d’un week-end, il y a 2 ans.
Je me connecte sur leur site « Génial ! Ils proposent des stages Ayurveda science de l’auto-guérison« . Une nouvelle occasion d’essayer de soigner ma cruralgie, ma scoliose, ma constipation et mes poussées d’eczéma liées au stress ! Pas mal pour une seule personne, non ? 😉
Ni une, ni deux, ma copine et moi, nous inscrivons. Le virement est accepté, je reçois le mail de confirmation « Om Namah Sivaya….Nous avons bien reçu votre paiement, nous vous attendons au centre pour vos vacances Yoga du…au….. Avec tous nos voeux de santé et de paix intérieure…Om Shanti… »
Et merde ! Je me suis inscrite dans une secte en réalité ! Je paye pour aller faire un stage dans une secte ! Quelle couillonne ! Mais dis donc, ils ne parlent pas de mon stage ! C’est le stage qui m’intéresse pas les vacances Yoga ! Surtout que sport et vacances sont incompatibles !
Je renvoi un mail « Om le service comptabilité, merci pour votre email et vos voeux de santé et de paix intérieure, ça change des cordialement et ça crée immédiatement des liens plus profonds. Je me suis inscrite au stage ayurveda, pouvez vous me le confirmer svp ? Merci. »
Confirmation reçue. Nous sommes attendues le lundi à partir de 15H.

Lundi 14h10 – En décapotable sur les routes de campagne, avec lunettes de soleil, foulards noués autour de nos têtes et cigarettes en mains (Non maman je n’ai pas repris, c’est pour l’histoire et oui, nous avions nos ceintures quitte à froisser nos mini-shorts 😉 –
– On s’arrête manger un truc avant d’y aller ?
– Carrément !
Nous arrivons au village.
– Bonjour, est ce que vous faites des sandwichs végétariens ?
– Des quoi ? Ah non ! On fait plus de sandwichs nous, on est pas des bouche-trous !
Pu*** Sheitan quoi !
– Ok…bon vu que ça va être la privation la où nous allons, nous prendrons deux bières svp. En terrasse. Merci.
Un homme avec un chapeau nous sourit au comptoir. Nous apprendrons plus tard que cet homme n’est autre qu’un TTC soit un professeur de Yoga en formation à l’ashram…ou comment se faire démasquer avant même d’arriver 😉
A cette terrasse, nous avons bu un demi, mangé des frites mayo ketchup et fumé des clopes… C’était notre moment « Absolutely fabulous » avant 3 jours de vie saine !

15h10 – Arrivée à l’Ashram
Posture Yoga Poisson
Avant même d’entrer sur le parking, leur sigle me donne déjà mal au dos. Entrée parking. ça sent l’oeuf pourri, sympa.
Monologue avec moi-même « On repart ? Non ? T’es sûre ? Ok« .
Nous prenons nos sacs et nous nous dirigeons vers la réception « Là, ce sont les salles de bains séparées…au-dessus, la salle de lecture…là, l’esplanade où se déroulent les cours de Yoga et des conférences…là, sous cet espace couvert, c’est la cantine…là, la salle de méditation et là, la réception« … avec son festival de tongs et de crocs à l’entrée. La police de la mode aurait tout mis au feu 😉
– Quelle conne ! J’ai oublié mes tongs !
– …moi aussi !
Avec cet oubli, nous aurions la (mal)chance d’attacher, de défaire, de mettre et de retirer nos chaussures en moyenne (basse) une vingtaine de fois par jour…Nous retirions même nos chaussures à l’entrée de la pelouse sur laquelle nous prenions les cours de Yoga…pelouse parsemée de petites crottes de lapins… »Peace & Harmony » 😉
Nous récupérons les clés de notre chalet pour y poser nos affaires avant de prendre notre premier cours de Yoga. Et oui, en région centre il y a des chalets…sans douches ni toilettes. C’est un mix entre les vacances au ski et le camping l’été, avec en plus, l’aspect « vie en communauté » mais sans les odeurs de chaussettes !

Nos journées à l’ashram commençait à 5h30 – ça m’a un peu rappelé ma jeunesse quand j’avais décidé d’effectuer un stage de surf où tous les matins à 7h il fallait être à l’eau. Et chaque matin, c’était la croix la bannière pour se lever. Chaque matin, je priais dame nature pour qu’il pleuve afin que le cours soit annulé… On peut en conclure que je ne retiens donc rien de mes expériences.
5h30, réveil tout en douceur avec un maître Yogi qui se promène dans le parc en agitant une clochette et en chantant « Om Namah Sivaya ». La question qui nous brûle les lèvres est…mais à quelle heure cette personne a bien pu se lever et que signifient ces paroles ? Simplement qu’il est temps de sortir son boule de la couette et d’arrêter de faire sa grosse pour aller « se recueillir devant Le Seigneur Shiva« .

A 6h – Satsang – activité de méditation qui, selon le temps, peut être en extérieur, avec une marche silencieuse méditative de presque 2 heures qui se termine dans un champ, fesses contre terre ou dans les herbes humides, à chanter Ganesh, Visnu, Brahma ou encore Siva,…Le décalage entre le cadre (champs de blés de la région centre) et les chants indiens est indéniable mais pas désagréable ! En fermant les yeux, on peut voyager à moindre frais !
Le Satsang peut également se pratiquer en intérieur, dans un espace aménagé sous les toits. Il débute par une séance de méditation pendant 25mn. Ce qui est très, mais alors très long pour un débutant. 25mn dans la même position sans dire un mot, le dos et la tête alignés et droits. Les mains en chin mudra (pouce et index se touchent, paumes vers le ciel et autres doigts debout…mais détendus). 25mn pendant lesquelles vous ne pensez pas à ces p*** de fourmis qui vous font mal aux jambes. 25mn pendant lesquelles vous espérez que ce foutu nez va arrêter de vous gratter. 25mn pendant lesquelles votre dos et votre cou vous tiraillent car vous avez perdu l’habitude de vous tenir droit grâce à votre vie avec vos écrans (télé, ordi, tablettes, smartphones,…). Inutile de préciser que je suis passée à côté de mon esprit qui volait au-dessus de la salle 😉 Cependant, je ne désespère pas d’y parvenir avec le temps avec des sessions plus courtes au départ et peut-être plutôt de pleine conscience. S’en suit une demi-heure de chant et ça, c’est absolument génial !
Les chants sont mélodieux et très entraînants. Il est difficile de ne pas se jeter sur le livret pour chanter avec les autres, ou encore de taper dans les mains ou tout simplement de fermer les yeux et juste se laisser porter par cette musique très positive.
Il faut bien reconnaître que réveiller son corps et son esprit de manière aussi douce est bien plus agréable que d’entendre nos réveils gueuler à 7h du matin. Il est bon de préciser que ces réveils activent le système nerveux sympathique (versus parasympathique…et oui) qui prépare le corps à une activité physique, sauf qu’avec nos alarmes, le corps met en marche les mêmes réflexes que face à une agression. Ainsi nous commençons la journée sur une énergie négative. Pour l’anecdote, les deux systèmes qui se mettent en off dans une situation d’agression sont le système digestif et la libido. Ce matin le réveil de Chéri-coco a sonné et j’ai bondi du lit. Mon cœur s’est mit à battre à tout rompre dans ma poitrine et effectivement, je n’avais aucune libido 😉 Il m’a fallu plusieurs minutes pour me détendre et retrouver un rythme cardiaque normal. 5 jours sans alarmes, ça laisse des traces. Je ne veux plus que la première sensation de mon corps soit celle d’une agression, j’ai donc téléchargé une sonnerie « Ambiance d’un monastère birman avec clochettes et voix d’enfants lointaine », Chéri-coco va être aux anges…ou faire chambre à part 😉
L’heure suivante, un maître Yogi prend la parole et aborde des sujets liés au Yoga Sivananda et à ses bienfaits.
Au mur est affiché le mantra suivant « Serve, Love, Give, Purify, Meditate, Realize« …Un bien joli mantra non ?

A 8h – Session de Yoga pendant 2h. Chaque session s’ouvre sur 3 Om puis un chant en position assise. Viennent ensuite les exercices de respiration rapide puis alternée…qui m’ont donné l’occasion d’entendre des phrases que je ne pensais pas entendre un jour … »Alors…Tu expires avec ton ventre…tu inspires en 4 Om…tu bloques et tu te concentres entre tes sourcils…tu expires en 8 Om…Respire par mes mains…voilà, c’est magique » Oh punaise !
Après ces exercices vient la pratique de postures de Yoga avec la salutation au soleil, suivie d’autres postures ayant des vertues diverses ET des noms étranges comme « Le corbeau » « Le chameau » « La charrue » « Le papillon » « Le bateau » « La sauterelle »…Tout y passe: animaux, moyens de transport, objets, même « le cadavre » existe ! Position que je maîtrisais le mieux d’ailleurs 😉
Parfois, l’association nom/posture est surprenante comme le poisson
Posture Yoga Poisson
Bien entendu, tous ces noms sont prononcés en sanscrit, ce qui leur donne immédiatement un côté beaucoup plus exotique : le cadavre devient Savasana et plus imprononçable : l’arbre devient Vrksasana. Chose amusante, il n’existe aucune langue universelle sauf celle des « Yogi » pour qui, un asana (posture de Yoga) a toujours le même nom partout dans le monde.
Nous, occidentaux, pratiquons déjà nombre de ces postures dès le plus jeune âge dans nos salles de gym car j’ai appris que les asanas n’étaient autres que de l’aérobic et du stretching permettant de protéger, de soigner le corps et de faire circuler les énergies.
Ainsi, la chandelle permet d’irriguer le sang dans le cœur, le cerveau, de réguler la tyroide et le pancréas et de faciliter la régénérescence de cellules. Dingue ! Est ce que nos profs d’EPS savaient ça ? Est-ce que, s’ils nous l’avaient dit, nous aurions pu y être sensibles ? Naaaan ! Maintenant je le sais, donc j’ai des moyens d’agir facilement sur mon organisme.

A 10h vient le moment tant attendu…roulements de tambour : le petit déjeuner…ayurvédique. Adieu viennoiseries, pain frais, fromages,…et bonjour le petit déjeuner bon pour ton corps et ton esprit, un peu moins pour tes yeux, quoiqu’on saura apprécier le feu d’artifice de couleurs et un peu surprenant pour ton palais :
Petit dejeuner Ayurvedique
En y restant 4 jours, nous avons eu la chance de manger des courges, cuisinées en pommes de terre, en houmous et en soupe…Et ça, ça te laisse entrevoir une infinité de solutions pour cuisiner tes restes à la maison tout en pensant que personne ne va s’en rendre compte ! 😉
Petit aspect pratique, c’est comme à la cantine de notre enfance, pas de rab avant que tout le monde soit servi et si vous arrivez trop tard, tant pis pour vous 🙂 Force est de constater que les adultes sont parfois aussi civilisés que les enfants.
Une fois ce petit déjeuner avalé, il est temps de passer au Karma Yoga. Le Karma Yoga c’est le fait que tu rendes service à la communauté en effectuant des tâches diverses et variées (jardinage, vaisselle, cuisine, nettoyage des douches et toilettes, astiquage des vitres,….) pendant 1h.
C’est pour que tu te sentes un peu comme chez toi, sauf que là, tu as payé pour le faire pour toi ET pour les 150 autres.
Il est bon de préciser que :
1 – Les vacances Yoga ne sont vraiment pas chères au vu de ce qu’elles offrent (hébergement, 2 repas et 2 cours de Yoga par jour,…)
2 – Le centre ne vit qu’avec des bénévoles, donc les tâches pour la communauté sont indispensables, en plus d’être bonnes pour lutter contre notre ego et améliorer notre karma.
3 – C’est une occasion unique de se ressourcer très rapidement en déconnectant avec toutes ses habitudes de vie !
A 12h, lecture…en anglais, mais des maîtres Yogi peuvent vous servir de traducteurs en temps réel. Ces lectures sont sur les asanas, pranas (énergie, vitalité, pouvoir),…
On peut donc ajouter un point 4 qui est l’occasion de faire aussi un stage de langue, voir d’apprendre une nouvelle langue grâce aux noms « universels » des postures !

A 13h, c’est l’heure du lunch…Appelé plus communément fruit pour nous autres. L’ayurvéda démontre que l’homme, nous occidental, mange trop et mal (mauvaises associations alimentaires, gras,…). J’avoue quand même que je remercie ma copine d’avoir apporté quelques paquets de gâteaux parce que finir un repas ayurvédique sur une touche salée ou manger un peu de sucre avant l’effort physique était plus qu’apprécié !

De 13h à 16h, temps libre pour ceux qui comme nous étaient en vacances Yoga, c’était l’occasion de faire une sieste allongée dans l’herbe ou d’aller fumer une clope en cachette. Ce qui nous aura valu d’être identifiées comme les deux junkies en cure de désintox.
Dans le centre sont interdits tout ce qui est mauvais pour nos corps et nos esprits : café, tabac, alcool, viande (bien sûr ! Tous les repas sont végétariens :), drogue évidemment…(et dans l’ayurvéda, l’aspartame est déconseillé)! Sont tolérés les mobiles à certains endroits et moments…et le wifi à certaines heures seulement. Ce décalage entre les règles imposées et la vie en communauté est amusant.

A 16h, à nouveau deux heures de Yoga, parce que nous on veut un corps super « stretch » et sain pour notre esprit qui médite et notre voix qui chante des chansons qu’on ne comprend pas.
A 18h, le dîner ayurvédique parce qu’il n’y a pas que l’extérieur qui compte. On veut être belles aussi de l’intérieur !

De 18h45 à 19h45, le Karma Yoga bis repetita pour qu’on n’oublie pas combien on aime notre femme de ménage et combien on lui est reconnaissante de son dur labeur…et peut-être qu’on pourrait tenter de lui parler de se payer en Karma plutôt qu’avec…Non, c’est peut-être un tantinet exagéré 😉
A 20h, Satsang, même principe que le matin sauf qu’après la méditation et les chants, il y a des intervenants sur différentes thématiques. A notre période, c’était des conférences sur le Prakrti soit l’ordre naturel. J’ai ainsi découvert que j’étais une Vata entre autre grâce à mon élocution rapide, mais je vous raconterais ça une autre fois 😉

Pour résumer, j’ai vécu sainement pendant 4 jours et j’étais bien contente de fumer la clope de la liberté dans la voiture et boire la bière de la renaissance à la maison. J’ai ouvert mon esprit à une autre philosophie, ouvert mon corps à de nouvelles pratiques et je ne me sens plus très loin de la sérénité. Je sais comment faire passer mes crampes abdominales, sans prendre de médicaments. Je sais me relaxer suffisamment pour m’endormir en moins de 15 minutes, sans faire l’amour avant. Je sais faire le vide dans mon esprit, sans fumer de drogue. Je sais retenir ma respiration une minute, mais ça, ça ne me servira pas à grand chose à moins que je souhaite faire des blagues dans la mer à mes amis. J’arrive à toucher le sol avec mes mains quand je penche et je vais pouvoir me la péter au travail en lançant des crayons sur le sol juste pour les ramasser « Pas besoin de me baisser, je suis stretch moi! » Surtout, j’ai trouvé un rythme de vie qui va me permettre de ne plus me laisser bouffer par le monde qui m’entoure ! There’s a new woman in town 🙂
Ommmmm à tous et merci à Ananda mon super prof de Yoga qui nous disait que « Dédicacer c’est partager…et si vous souhaitez partager votre énergie avec des gens qui en ont besoin, faites le »
J’ai dédicacé, j’espère que ça va porter ses fruits…et si vous êtes heureux, c’est grâce à moi et aux bons conseils d’Ananda 🙂