Accouchement Jour J : Mood du jour – attention spoiler sur « L' » accouchement

Et puis un jour, le D-Day, le Jour-J arrive…Et là, on se demande plus si on va distinguer le vrai travail du faux…On sait que c’est entrain d’arriver et que bientôt on allait faire deux…Et même si c’est soi-disant le plus beau jour de ma vie, c’est super flippant !!! Et moi quand je flippe, je suis un peu bête :/ …Et dire que je vais être mère…

JourJ

Sauf que…ça ne s’est pas du tout passé comme ça !
Mademoiselle n’était pas prêtre à sortir : pas de dilatation du col, plus une seule contraction…rien. Elle semblait très bien là où elle était. A alors commencé mon grand chelem. Il fallait la faire sortir.
J’ai donc fait de la marche, beaucoup de marche, bu des tisanes aux feuilles de framboisier, dansé sous la douche, mangé épicé…rien n’y faisait. Tous les 2 jours, pendant 6 jours, j’allais à la maternité faire mon monitoring et autres contrôles, pleine d’espoir « Alllllllezzzzzzzzzz dites moi qu’il est dilaté »
– Je peux vous le dire mais…ce serait un beau mensonge. C’est fermé de chez fermé ! Essayez l’acupuncture…ou le sexe ? ça marche souvent ! 😉
Si vous croyez qu’avec mes 20kg supplémentaires et mes insomnies j’ai la moindre envie de sexer, vous vous la mettez bien dans l’oeil. Et puis maintenant, je suis trop près du déclenchement pour avoir un rdv chez un acupuncteur.
Il ne me restait plus qu’à prendre mon mal en patience.
Et puis le 4 avril au matin, dernier examen avant déclenchement « Fermé de chez fermé ! Allez, on déclenche »
Yihaaaaaaaaaaa, j’ai pleuré de joie. ça y est, le moment était venu. Je me sentais comme dans la reine des neiges, j’allais bientôt être « libéréééééééééééééééeeeee, délivréééééééééeeeeeeeeeeeeeee »… Adieu les insomnies, adieu privations de roquefort, de vin, de bière,…et même d’une petite clope ! Sauf que après cette délivrance factice, les insomnies seraient remplacées par les nuits par tranche de 2h et les privations par de nouvelles contraintes liées à l’allaitement maternel. Bref, le « dévouement maternel » prend enfin tout son sens 😉
Donc à 14h, on me met le petit tampon qui devrait déclencher des contractions pour dilater le col…mais généralement « on en met un deuxième au bout de 24h et on déclenche vraiment le 3ème jour via une injection ».
Ok, bon ben je vais rentrer chez moi et à demain. En fait, non. Une fois que le déclenchement a commencé, on reste à l’hôpital. Le calcul se fait très vite : je vais passer au mieux 6 jours à l’hôpital au pire, je ne préfère pas compter. La déprime. Surtout quand tu es végétarienne à tendance végétalienne. La super déprime. Heureusement, chéri-coco m’apportait chaque jour à manger sinon j’aurais fini carencé, ce qui est problématique pour une jeune mère qui allaite, non ? Ma super maternité a encore des progrès à faire sur ce point là.
A 14h, on me met donc le tampon et à 18h, grosse crampe au niveau du ventre, puis à 18h10, 18h20,… Comme je ne prends jamais de médicaments à part de l’homéopathie, le tampon a été super efficace !
A 20h j’ai bipé. A l’aide, j’ai mal.
– Respirez bien, à 22h, il y a les sages-femmes qui passent, elles vous ausculteront. C’est le premier donc, ça peut être long.
Et là, j’ai senti chéri-coco complètement désemparé face à ma douleur. Parce que oui, les contractions c’est douloureux, surtout quand ça se rapproche, on a l’impression qu’on a plus d’espace pour penser, pour respirer, plus d’espace pour rien…purée, j’aurais dû prendre mes cours de préparation à l’accouchement plus au sérieux…c’est quoi les positions qui font du bien ? Arghhhh mais non, ça ne soulage pas du tout !
A 22h10, chéri-coco comprend qu’il est temps de descendre aux urgences sous peine que…et non, les fenêtres ne s’ouvrent pas…à mon avis, sûrement lié à un retour d’expérience.
J’angoisse. Si mon col n’est pas dilaté…je préfère ne pas y penser. S’il n’est pas assez dilaté, je n’aurais pas tout de suite la péridurale. Et oui, moi qui voulais accoucher « naturellement », « dans l’eau », « pour pouvoir sentir la magie de la naissance »…et bien c’était avant d’avoir eu de vraies contractions, là je n’ai qu’une envie c’est que ça cesse.

On arrive aux urgences (1 étage plus bas).
– Bonjour, faut vérifier mon utérus svp, j’en peux plus !
– Baby voyons ! Bonjour, nous pensons que le travail a commencé, vous pourriez regarder.
Et là, un grand black d’1,90 cm vêtu de rose se lève et dit avec beaucoup (trop) de zenitude « Bonjour, on va regarder, suivez moi »
Je vais me faire accoucher par un sage-homme, soit, je m’en fiche, pourvu qu’on arrête rapidement cette douleur.
– Alors, on va commencer par un monitoring de 40mn…
Je deviens blême « Vous voulez pas commencer par mon vagin ? » Je vous avoue ne jamais avoir pensé dire cette phrase à un inconnu de toute ma vie. Je m’imaginais avoir encore un peu de pudeur (et de dignité) le jour J. Non, aucune. Je crois que j’aurais fait un très mauvais agent secret. J’aurais tout balancé après la première évocation de ce que mes tortionnaires allaient me faire.
– Non, on commence par le monitoring pour évaluer les contractions et vérifier que le bébé va bien.
– En même temps ? Vous voulez pas regarder en même temps ? Histoire de ne pas perdre de temps pour prévenir l’anesthésiste.
– Baby, ça va aller.
Et là, j’ai compris pourquoi toutes ces femmes dans les films pourrissaient leurs compagnons…mais je ne serais pas l’une d’elle. Alors, très calmement, mais avec un ton ne laissant pas la place au moindre argument ou explication ou conseil ou…rien.
– Non, ça ne va pas aller. Depuis bientôt 6h, j’ai l’impression qu’une main est dans mon vagin et qu’elle tord tous mes organes à l’intérieur à fréquence régulière et de plus en plus rapprochée. Je ne sais pas comment me mettre pour souffrir un peu moins…et après il va falloir que j’expulse un bébé de 4kg par mon vagin donc non, ça ne va pas aller.
Il est parti immédiatement rechercher ma sage-femme d’1m90 taillée comme un rugbyman.
– Dilatation 4 cm. Bravo. Vous voulez une…
– Ouiiiii ! Dans combien de temps ça fera effet ?
– 15/20 mn quand il l’aura posé.

L’anesthésiste a fini par arriver et a essayé de me poser la péridurale
– Vous sentez l’aiguille de quel côté ?
– Droite
– Et là ?
– Gauche
– Il faut que vous la sentiez au milieu pour que ça fasse bien effet des deux côtés.
Et ça a duré une dizaine parce qu’il n’avait pas lu mon dossier et a découvert ma scolliose. Donc si j’ai un conseil, dites le immédiatement, vous gagnerez du temps !
– Et là ?
– Au milieu 🙂
Et ce fut, la libération. Je ne sentais plus mes jambes, ni mon bassin. Plus aucunes douleurs. Je ne sentais plus rien…et je n’arrivais plus à bouger.
Pour accélerer la dilatation, j’ai pris des gélules homéopathiques (+ 6 cm en 3h).
– ça y est ! Vous êtes à 10. Maintenant on pousse.
Sauf que, pousser quand on ne sent plus rien, ce n’est finalement pas si simple que ça.
– Non. Vous ne poussez pas bien.
– Je saiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis !!!! Mais je ne sens rien !!!!
– Alors, poussez là où j’ai mon doigt.
Hummm…qu’est ce qu’il n’a pas compris dans « Je ne sens rien » ? No comment. J’ai donc poussé tel que dans mes souvenirs de préparation.
– Ne poussez plus ! Ok, le bébé peine. Je vais chercher le médecin.
PUREEEEEEEEEE !!! A force de regarder « Grey’s Anatomy », j’y suis ! Ils vont me faire une césarienne d’urgence et réussir à sortir mon bébé mais elle sera en couveuse et moi je vais me vider de mon sang…
– Si vous devez choisir, sauvez le bébé ! Elle c’est l’avenir !
Gros blanc. Sourire. Il quitte la pièce.
Il revient avec le médecin…
– Alors, alors,… – Et les voilà tous les deux entrain de discuter assis en face de mon vagin – Effectivement. Bon, on va vous mettre sur les étriers. On va écarter avec les spatules et puis la sortir.

Gloups. Je ne sentais toujours rien et les voilà entrain de me soulever les jambes et de les placer sur les étriers. Ils rentrent une spatule puis l’autre, je les vois rentrer la main…et puis la ressortir avec une petite tête puis un petit corps…et me mettre ce petit être vivant sur le ventre.
Et puis soudainement, j’ai oublié la douleur des contractions, les 9h30 d’accouchement, le fait que ma foufoune n’était avait été le sac de Mary Poppins,…J’ai donné la vie !
Neïla est née le 5 avril à 4h25. Instant magique, expérience inoubliable.

Publicités