J’ai testé pour vous préparer un « poulet » vegan curry légumes !

J’acquiesce ! Mettre dans la même phrase « poulet » et « vegan » est absurde. Soit tu manges sciemment de la viande et tu acceptes l’idée que tu contribues à polluer le monde, entretenir la famine, que tu acceptes l’idée de manger de la viande bourrée d’antibio et autres saloperies et que tu cautionnes la maltraitance animale…moi ? culpabilisante ? Taratata ! Jamais un dimanche matin 😉 Soit, tu manges des légumes et tu apprends à les préparer comme des plats seuls et non en accompagnement, comme tu as toujours fait, avec un substitut de viande.
Je le conçois, c’est une autre manière de cuisiner et une occasion de découvrir de nouveaux goûts (pas toujours réussi, la preuve en image avec mes gâteaux betterave-chèvre, de vrais étouffes chrétiens !)
Mes etouffes chrétiens
J’ai souvent entendu dire que « maintenant » des simili-carnées ou des viandes végétales très bien existaient ! Ni une, ni deux, je vais tenter de berner Chéri-coco – l’intention est noble, le moyen un peu moins – pour le rallier définitivement à ma cause et créer l’occasion de cette conversation
« Alors ? Ce poulet de curry légumes ? »
– « Très bon baby ! Comme à chaque fois »
– « Ahhhhhhhhh ! Ce n’est même pas du vrai poulet ! Tu n’y as vu que du feu ! Je t’ai eu !!!! Tu vois baby, on peut respecter nos convictions et se régaler »

Me voilà donc en route pour un « Un monde Vegan » – ça fait très science-fiction – en quête de mon faux poulet. Comme ils disent, je m’en vais « libérer ma créativité culinaire », ça laisse rêveuse !
« Un monde Vegan » c’est comme un « Bio c’est bon » ou un « BioCoop » mais avec des aliments dont tu ne soupçonnais même pas l’existence et dont tu n’as pas la moindre idée de ce que ça peut être. Tu te sens un peu comme dans un supermarché allemand avec les visuels des produits en moins, c’est déjà assez cher donc n’ajoutons pas un coût de packaging 😉
Je découvre ainsi le seitan. Non, ce n’est pas du poisson mais une viande végétale constituée de gluten – Ne pas être vegan et intolérant au gluten, sinon ta vie elle est quand même super pourrie – de terragon, de tumeric,…J’en passe et des meilleures ! Etre vegan, c’est être un peu sorcier parce qu’il te faut trouver des aliments récupérés dans de vieilles contrées reculées que seuls les druides connaissent et peuvent couper à la serpe…J’exagère un tout petit peu 😉
Me voilà dans « Un monde Vegan » à la recherche de mon faux « poulet »…J’attaque la lecture des étiquettes… »Hänhchenfilet » directement importé d’allemagne, nous y voilà ! Heureusement que j’ai des restes d’allemand, merci madame flochet ! Certes, on mange vegan ici mais pas local ! La vie est un éternel choix entre la peste et le choléra 😉
filet de poulet Vegan
Hummm ça a l’air…visqueux ! Banco ! J’achète ! Et là, le combat contre les habitudes alimentaires commence !
Je lis l’étiquette pour savoir comment les préparer…Rien n’est marqué, à part la composition…toujours en allemand. Est ce que le cuisiner vegan serait réservé à une élite bilingue ? Pire ! Faut il faire parti d’un cercle d’initié pour savoir comment cuire ces « Hänhchenfilet » ? Faut il aller jusqu’à oublier les modes de cuissons appris ?
Internet, viens moi en aide. A priori oui. « Vous pouvez le faire bouillir dans un bouillon préparé, le faire revenir à la poele ou le préparer comme du poulet pané« .
Vu que je veux faire un curry de poulet, je fais revenir mes oignons et ajoute les morceaux de faux blanc de poulet. ça ne change pas de couleur, ça dore. J’en coupe un morceau en deux. L’intérieur ressemble à du pâté Henaff blanc, ça ne donne pas envie.
– Qu’est ce que tu cuisines baby ?
– Du poulet au curry !
– Tu te remets à manger de la viande ?
-…
– Baby ? Tu te remets à manger de la viande ?
-… – Pourquoi je ne sais pas lui mentir ! Il le fait bien lui avec ses dreads ! –
– Qu’est ce que tu me prépares ? Encore un truc de végétarien avec de la fausse viande ?

Il lit dans mes yeux que je suis désemparée et que je n’ai aucune foutue idée de ce que je suis entrain de faire.
– Bonne idée ! Testons ! Il faut essayer des choses, non ? Dis moi si tu as besoin d’aide baby !
Les vraies cuisinières goûtent. Mamie si tu me vois de là-haut, ne sois pas choquée. Je m’adapte au monde dans lequel je vis. Je goûte. C’est mou et ça n’a aucun goût. Ca me fait penser à des quenelles natures…En fait non, ça me fait penser au goût que j’imagine pour les quenelles natures mais comme je n’en ai jamais mangé, je n’en sais rien. J’assaisonne, je laisse cuire, j’essaye de les griller un peu. J’ajoute les légumes, le riz et la sauce curry faite maison. Cachons la misère.
On passe à table.
Les viandes végétales c’est comme les faux Vuitton, visuellement on peut y croire mais ça n’a rien à voir.
Je vais continuer à être végétarienne mais je ne ferais plus de blagues visuelles à mon esprit, il est trop fort 🙂

Si vous êtes vegan et que vous cuisinez ces viandes végétales, partagez vos recettes, je suis prête à tenter à nouveau l’expérience 🙂

Publicités

S’informer pour mieux décider – Etape 2 #vismaviedevegetarienne

L’éveil a ainsi commencé grâce à l’aide d’une amie végétarienne, qui aujourd’hui tend vers le véganisme…Step by step, ouh baby ! Manger éthique s’apprend…et se comprend.
Tout comme l’enfant qui commence par manger liquide, avant de passer aux purées, plus solides, puis on lui fait des découvrir de nouveaux aliments, de nouveaux goûts…Et un jour, une fois adulte (sic), on découvre le « manger éthique » et on réalise, lors d’une discussion, puis de conférences, de lectures d’articles,… que ce n’est pas du tout ce qu’on fait depuis des années !
– Quoiiiii le poulet de mon long chicken il a vécu moins de 50 jours sans jamais voir la lumière du jour ? -Tristesse – Enfermé avec des milliers d’autres poulets dont certains sont morts étouffés sous leur propre poids suite à des gavages ? Mon long chicken c’est un poulet de chair ? Ah ! Enfin une bonne nouvelle ! Le blanc, c’est ce que je préfère 🙂 Comment ça le poulet de chair c’est un poulet génétiquement modifié ? Ah non ! Je lutte contre Monsanto moi ! Tous les aliments avec des OGM EXIT !
Inutile de préciser que j’ai été très choquée. Dire que je croyais naïvement que mon poulet était élevé par de vrais cow-boy en plein-air, quelque part…en Arizona, j’aime bien l’idée, et que pendant ses 10 ans de vie, il picorait, courait, piaulait,…et s’attrapait des petites poulettes de temps en temps mais surtout transmettait la bonne parole à ses petits poulets « N’aie pas peur de la mort petit poulet, un jour viendra où tu auras la chance de nourrir des êtres humains. Tu verras, les femmes t’apprécieront beaucoup pour tes protéines, tes vitamines et ton peu de calories ! Ahah tu verras ! Certains te briseront même le furcula en pensant que leur souhait va s’exaucer ! »
J’ai logiquement arrêté de manger du poulet dont je ne pouvais connaître la provenance (adieu fast-food, boulangerie, restaurants, …) mais pas question d’arrêter définitivement ! Il a fallu apprendre à lire et comprendre les étiquettes pour choisir un bon poulet : bio, pour éviter les OGM, Label rouge ou AOC pour s’assurer qu’il ait vécu au moins 80 jours en plein air et sans antibiotiques ! Après (une courte) réflexion, 80 jours de vie, c’est trop peu. Je ne peux pas cautionner ça. Adieu poulet.

Suite à cet épisode et avant de me lancer dans une révolution alimentaire, j’ai assisté à une conférence Utopia, avec des intervenants de l’association L214, sur la thématique « Réinventer l’humanisme à la lumière de l’éthique animale ? » ça claque non ? 😉 Ca sentait la branlette intellectuelle à plein nez…mais finalement, cette conférence a été l’occasion de prendre conscience qu’au fil du temps, les barbaries humaines avaient diminué grâce à l’intelligence et aux prises de consciences,…fini l’esclavage, les chasses aux roux, aux albinos, aux homosexuels (pas encore partout malheureusement :/ ),…par contre la barbarie sur les animaux n’a fait que croître pour répondre aux demandes croissantes du marché. Ainsi, l’élevage fermier a vu naître l’élevage intensif, les combats de gladiateurs (hihi) ont laissé la place aux corridas,… Quelles étranges pratiques !
Le mouvement spéciste s’affirmait « Mon espèce, celle des humains, vaut mieux que celle des animaux et donne légitimité à mes actes » Violent non ? Une théorie difficile à concevoir pour Noé, qui, dans son arche avait pourtant un mâle et une femelle de chaque espèce, homme et femme compris 😉
Face à eux, se dressent les anti-spécistes. Ils luttent :
– Contre des certitudes rabaissant les animaux et justifiant le specisme… »mémoire de poisson rouge, cervelle d’oiseau,…Non, les animaux ont une sentience et sont doués d’intelligence »,
– Dans des actions immédiates permettant d’éviter la souffrance infligée aux animaux : boire du lait de vache et ainsi lutter contre une séparation trop rapide du veau et de sa mère,…


(Spéciale dédicace à ma copine vegane qui défend ses convictions en prêchant l’amour et la bonne action)

Difficile d’imaginer arrêter de manger de la viande alors qu’on l’a toujours fait…De même qu’il est difficile d’arrêter de fumer alors qu’on fume depuis des années…mais pas impossible 😉 Des alternatives existent. J’essaye ! Je vais manger de la pelouse et des graines : yihaaaa ! 🙂
– A suivre –

Comment le végétarisme est venu à moi…ou comment ma vie a basculé ! – Etape 1

Certains basculent dans la drogue, d’autres dans l’alcool…moi, j’ai basculé vers le végétarisme. Certains le choisissent pour leur santé, leur bien-être…ou plus noblement, pour des raisons d’éthiques…et moi, c’était par curiosité. Comme quoi, la curiosité est vraiment un vilain défaut…avec des conséquences…irréversibles, j’en ai bien peur !
Tout a commencé quand j’ai découvert les premières images des dégâts causés par Monsanto et ses exploitations, là – comme je suis une femme d’action et de paroles – j’ai dit « Monsanto, c’est terminé ! »…Après, j’ai regardé quelles marques étaient concernées et à cet instant précis, je me suis demandé pourquoi je n’écoutais jamais ma grand-mère quand elle me disait « Ma chérie, tourne 7 fois ta langue dans ta bouche avant de parler et si tu as encore envie de le dire, dis le »…Il était trop tard. Je l’avais dit. Je devais m’y tenir.
J’ai commencé à regretter en consultant la liste :
Pringles…Oh nannnn ! J’adore le goût à plein tubes, surtout celui aux oignons et à la crème !
Lay’s…les seuls chips sans gluten ! (Et oui, j’ai des convictions et des amis « intolérants » au gluten, ce qui ne facilite guère les apéros…parce que le gluten c’est un peu comme Monsanto, c’est partout !)
Coca, Fanta, Schweppes,…m’en tape, je n’aime que l’Orangina…Minute Maid, Tropicana…Snif !
Les petits lus et les Oreo…Pourquoi seigneur ?!
Les protections intimes de la marque Always…Tranquille, j’ai ma cup !
– Les soupes Royco et liebig…et voilà, j’ai tout gagné ! Il va falloir faire le marché le dimanche pour préparer ses soupes soi-même ! Et oui, avoir des convictions n’est pas toujours conciliable avec les sorties le samedi soir ou les grasses matinées…D’ailleurs, est-ce que lutter contre les produits Monsanto ne serait pas inconsciemment une très bonne préparation à la condition de mère ? Humm, ça signifierait donc que finalement, les écolos activistes seraient mandatés par le gouvernement français pour engendrer une hausse de la natalité ?
Je m’égare, pardon.
(Pour les curieux, les marques ici)
Ainsi a donc commencé ma lutte personnelle, à la maison, contre Monsanto. Comme dans toute lutte, il est toujours difficile de dire « Non, là pour moi ça suffit, je n’en ferais pas plus »…et bien non, c’est un engrenage ! Vous parlez de votre combat (très pacifiste) contre Monsanto et on commence à vous parler des animaux et de la maltraitance dont ils sont victimes.
Non, pitié ne me dites rien là-dessus ! J’adore la viande ! J’adore le carpaccio, j’adore le steak tartare,…oh et le poulet rôti…le rôti de boeuf…le boeuf bourguignon…S’il vous plait, laissez-moi dans l’ignorance. Je veux rester Eve dans le jardin moderne et pollué d’Eden. Je veux juste manger tranquillement, me faire plaisir, continuer à changer d’avis 15 fois au vu du large choix sur la carte au restaurant, passer chercher un McDo ou un Quick en rentrant du boulot. Mais non ! Le végétarien, plus végétalien d’ailleurs, ancien omnivore parfois, veut prêcher la bonne parole ! C’est SON devoir, sa lutte, sa raison d’être…Il faut que le monde sache et ouvre les yeux ! Comme disait Marylin Ferguson, que personne ne connaît à part les gens qui ont lu son best-seller « Les enfants du verseau » – non ce n’est pas un livre sur l’astrologie mais sur la possibilité d’un monde meilleur grâce à des prises de conscience…Humaniste et végétalienne sûrement ! Et bien, Marylin disait « Savoir est porteur de responsabilités » … Marylin a raison et moi je veux juste que mon estomac et ma bonne conscience continuent de vivre en douce harmonie ! Laissez-moi ça, je lutte déjà contre Monsanto !
Mais il était déjà trop tard…Le végétarien m’avait fait croquer dans la pomme ! Le voyage initiatique venait de commencer. Un nouveau monde s’ouvrait à moi, pas meilleur, dans l’immédiat, plus compliqué c’est certain, mais peut-être déjà meilleur pour les autres.

– A suivre –

J’ai testé pour vous le tiramisu aux spéculoos…

Avant hier soir, prise d’une folle envie de cuisiner, je commence à surfer sur marmiton.org, LE journal des femmes en quête d’un menu. A l’aide de son moteur de recherche, vous pouvez trouver quoi cuisiner avec ce que vous avez dans votre frigo ou comment sauver votre dîner sans faire de courses…voyons…alors « Cornichons + yahourts+ chorizo+ salade+ confiture+moutarde »…ça mouline… Le résultat se faite attendre…ah voilà… « Ces ingrédients ne peuvent être mélangés sous risques de réactions chimiques ! »
Aucune équivoque, je vais y aller, il faut juste que je trouve quoi préparer. ..
Alors, « 40 recettes pour faire vos premiers pas en cuisine », parfait ça !
Hummm, un jeu d’enfants « Extra coulants de caramel à la fleur de sel » miam…ah non, ingrédients trop compliqués à trouver… « Mini cheesecake au chèvre et aux tomates confites », voilà pour l’entrée…le plat « Poulet curry-nouilles sautées »…et maintenant le dessert « tiramisu aux pommes/cannelle et speculoos »…Facile 😉
Allez, on note tout, méga liste de course…et en route !
Retour à l’appart et début des réjouissances…commençons par le dessert !

Préparation : 20mn, Cuisson : 25mn, Repos : 4 à 24h, Niveau : facile
Ingrédients : Mascarpone, Speculoos, Pommes, Citron, Sucre, Cannelle, Œufs, Amaretto et sel.
Dommage il manque l’amaretto, je mettrai de l’alcool de vanille.

1. Préparez une compotée de pommes. 
Une compote de pomme, très bien…Où est l’économe ? (Non, n’y pensez même pas ! On a dit pas les objets tranchants ! ) Là ? Non. Là ? Non plus…J’imagine que mon ex à du le garder ! Note pour plus tard : penser à acheter un économe parce qu’au couteau ce n’est vraiment pas pratique! Pommes épluchées et cubées dans la poêle, un peu de beurre et hop à feu doux…Pendant ce temps là (à Véracruz), je m’attelle à la préparation de la crème au mascarpone.

2. Crème au Mascarpone
– Séparez les blancs des jaunes…et hop, les jaunes dans un bol et les blancs dans le saladier.
– Battez les blancs en neige assez ferme avec une pincée de sel ( à l’aide d’un batteur électrique)…Effectivement c’est vraiment une recette pour les débutants car battre les œufs en neige au fouet, quand tu l’as fait une fois, tu ne te refais plus piéger, après impossible de tenir quoique ce soit dans la main droite (ou gauche, vu que c’est d’actualité en ce moment) pendant au moins une bonne semaine !
– Ajoutez le reste du sucre dans les jaunes et battez…Le reste ? Oups ! Je suis sûre que bien sucré ce sera bon aussi et puis le sucre c’est plein de fer, de vitamines, de potassium, de magnésium,…ça ne peut pas faire de mal !
-…jusqu’à ce que le mélange blanchisse…C’est bien connu Jaune + roux = blanc, ils sont drôles ces cuistots !
-…Ajoutez la mascarpone jusqu’à obtention d’une pâte homogène…Quelqu’un a déjà vu de la mascarpone ? C’est un croisement entre de la feta et un yahourt, donc autant dire que la pâte homogène, ça risque d’être compliqué.
-…Ajoutez délicatement les blancs…Ok avoir pris le seul et unique saladier pour monter les blancs en neige n’était peut être pas ma meilleure idée…et voilà comment en quelques minutes, les blancs se sont retrouvés dans la casserole, « le mélange homogène » dans le saladier et le bol devient le premier d’une longue série dans l’évier !

3. Garnissez les verrines
Alors là je dis non ! Je ne peux pas garnir les verrines alors qu’il me reste de la cannelle, des pommes rissolées et pas du tout compotées…Ah oui, après relecture de la recette il fallait mettre de l’eau…Comme il n’est jamais trop tard pour bien faire, un vidage de tasse et le tour est joué.
Il me reste encore un citron…Je le presse et hop, avec les pommes… Emiettez vos speculoos, alternez avec les fruits et la mascarpone puis répétez les étages.
Je vais faire des variantes : speculos-pommes caramélisées/ cookies-banane/ cookies-bananes poires-m&ms…et hop deux heures plus tard (et non les 20 minutes annoncées !), je mets tout ça au frigo. Je m’assois devant et commence à prier « Petit Jésus ou petit bouddha ou qui que tu sois, je t’en prie, protège les personnes qui mangeront mes tiramisus et protège moi de toute réputation de cuisinière catastrophique, ne me soumet pas à la tentation de les goûter avant demain et délivre moi de tout soupçon d’intoxication volontaire ! Amen »…On va enfin avoir la preuve du fameux « Mais tu sais, ce qui compte, c’est que ce soit fait avec Amour ! » (Non, pas le développeur de chez CaféCRM) ».
Jour J : 19h30…Viiiite, il arrive dans une heure et rien n’est prêt à part mes supers tiramisus que je n’ai pas encore goûtés (merci prière, très efficace…Est-ce que je peux en faire une pour être une virtuose de la batterie après juste 2 cours ? Non ? Fallait tenter !)…Tant pis pour les mini-cheese cake, je vais faire du Guacamole…Ok c’est moins recherché mais ça reste très festif comme entrée, surtout avec des bonnes chips…Ahlalala, il va être drôlement content d’être venu 😦
20h30…Driiiiiiiiiiiiiiiiiiing ! Déjaaaa ? Tant pis faut bien ouvrir quand même, je ne vais pas le laisser dehors !
– Salut !
– Salut ! Je ne t’attendais pas si tôt…
– Mince, c’est toi qui m’a dit 20h30, je…
Je me désigne donc officiellement championne du « Moi ? Je te mets à l’aise en 2 secondes ! » alors que je devrais me réjouir qu’il existe encore des gens ponctuels, de ceux qui ne profitent même pas du fameux quart d’heure parisien ! Note pour plus tard : Avec lui, l’heure c’est l’heure !
– Du coup (allez, je le refais un peu culpabiliser), je vais terminer rapidement en cuisine
– Je vais t’aider, j’adore cuisiner !
Trop pratique d’être à deux dans 2m² de cuisine 🙂
– Ah tu fais du guacamole, j’adore les avocats ! Je peux en prendre un petit bout ?
– Bien sûr mais je ne les ais pas encore mixés.
L’avocat ne cède pas entre ses dents, merde, pas assez mûr 😦 Il le fait glisser discrètement dans la poubelle…Impression confirmée quand l’avocat résiste au lames du blender.
Gentiment il vient à ma rescousse :
– Tu sais ça se termine toujours à la fourchette le guacamole pour faire une purée homogène !
Même si ce n’était pas dans mes prières, je te remercie toi là-haut.
– Dis ça sent fort la ton guacamole, t’as mis quoi ?
– avocat, tomate, citron, sel, poivre, ail,…
– Ail ? C’est pas de l’oignon plutôt ?
Merde ! Je savais bien que je m’étais trompée !
– Peut être mais tu sais quand j’étais petite j’avais une voisine mexicaine qui faisait du très bon guacamole à l’ail, c’était son petit secret !
1er mensonge, je suis nulle.
– Recette de la voisine ? Super ! J’aime bien l’ail, c’est très bon en plus !
2ème merci là-haut !
Résultat de l’entrée : Guacamole : 0 – Marinette : 1

Passons au plat de résistance…Poulet curry- nouilles sautées…
Après l’épreuve de l’entrée, je ne sais pas si préparer pour la première fois des nouilles sautées est une grande idée…la prise de risque me semble inutile.
J’attrape le riz au blé complet et hop, dans la casserole.
– Du riz complet ? J’adore, ça fait super longtemps que je n’en ai pas mangé, bonne idée !
3ème merci là-haut …et je t’en fais un quatrième si finalement il dit qu’il veut juste un bol de riz pour garder de la place pour le dessert…Non ? Tant pis.
Je coupe le poulet en lamelle et l’asperge de citron…Mince, c’était pour le tiramisu le citron…tant pis, ça donnera du goût ! Je saupoudre et finit par rendre le blanc de mon poulet limite orange, j’ai peut être eu la main un peu lourde. Je mets tout dans la poêle et je fais revenir…
– Tu aimes quand c’est relevé ?
– Oui, oui,…
J’arrose le tout de lait de coco et hop, à table !
– Hummm, délicieux, ça faisait longtemps que j’avais envie d’un bon poulet au curry !
Et oui mon bonhomme, avec moi « A Dream come true ! »
Résultat du plat : Poulet : 0 – Carine : 1

– Tu as encore de la place ?
– Pour ton dessert bien sûr !
– Alors trio de Tiramisu…faut que tu devines à quoi c’est:)
– Je vais commencer par celui qui est vert, ça m’intrigue…
…Oups, le vert, je dirai que c’est le m&ms qui a fait, je pense, une réaction chimique avec le mascarpone…

Verdict : Il n’a pas reconnu un seul des mélanges de fruit mais a mangé les ¾ des tiramisu, les ¾ du poulet et les ¾ du guacamole…Je n’ai plus de nouvelles de lui depuis son dernier message « Mon ventre a beaucoup communiqué cette nuit, je pense que j’ai trop mangé hier soir. C’était très bon mais la prochaine fois, je t’invite au resto…même si j’ai un petit salaire, je ferai un emprunt, vaut mieux être pauvre que mort 🙂 »
Ma grand-mère avait raison, y’a pas de secrets, les hommes on les tient par le ventre !

J’ai testé pour vous…pâques !

Un petit post pour l’assoc’ Biz et Bulle mais aussi pour tous les petits chrétiens de France qui ne savent pas pourquoi aujourd’hui on s’offre des chocolats à Pâques.
Attention, je cite « Pâques commémore la résurrection de Jésus-Christ, le troisième jour après sa crucifixion. Elle marque la fin du jeûne du carême. » … Le carême, c’est un peu comme nos régimes de filles ultra stricts vous savez quand notre seule copine mannequin nous fait  « Non, je ne mangerais riiiiiiiiiiiiiiiiiiiiien, pas même ma feuille de salade, rien 😉 …Mais attendddddds, tu vois bien que je suis trop grosse, 45 kg pour 1m85, j’ai pris 250g cette semaine, hé ouai, je ne rentre plus dans mes jeans !!! … Oui, ça va me purifier de l’intérieur »…ou alors tu vas perdre un bras, c’est au choix 😉  »…
Voilà ce que c’est le carême, c’est censé être un moment où nous ne sommes plus prisonniers de notre corps et où nous rencontrons nos pensées…Oui alors moi quand je rencontre mes pensées, ça me donnerait plutôt envie d’engloutir un petit bout de fromage… ce qui est assez logique parce que quand on ne mange pas, pas de repas, pas de moment partagé, pas de table à mettre ni à desservir, pas de vaisselle à faire…Arf, manger nous bouffe le temps J (J’espère que vous apprécierez le jeu de mot 😉

Donc à pâques, on offrait, au 4ème siècle, généralement des animaux (des petits poussins comme moua par exemple) ou des aliments frais… Imaginez le matin de pâques, vous vous levez, vous sortez dans votre pyjama en coton en courant dans le jardin…et là, Horrreuuuuur, vous apercevez une dinde cachée derrière un arbre, une betterave derrière le muret et un steack pendu dans les arbres…Je sais pas vous mais après avoir pris LA photo insolite du mois je retourne me recoucher jusqu’à ce qu’on me mette du chocolat dans le jardin…Effectivement ce n’était plus possible et ça ne faisait pas du tout rêver les grands et les enfants… Il fallait trouver autre chose…et comme le chocolat était une douceur et un présent trèèèèèèès apprécié, on a commencé à s’offrir des petits personnages (en forme d’animaux) en chocolat…Et bien sûr, le marketing est venu s’en mêler et maintenant vous pouvez même offrir Zinedine Zidanesmheuuuuuuuuu en chocolat à votre petit garçon et barbie poufiasse à votre fille…je trouve ça génial !

Ah oui mais.. je ne vous ai pas parlé des œufs de pâques ? Simplement parce que les oeufs  étaient interdits pendant le carême et ils étaient tous stockés et distribués (repeints…pour cacher la misère) le lundi de pâques 🙂 … Un seul point me turlupine…Pourquoi interdire les œufs ? …Une question d’abstinence ? Une petite connotation sexuelle ? La fécondité montrée du doigt ?… Si vous savez, dites moi … J’ai trouvé, qui vole un œuf, vole un bœuf…donc qui mange un œuf, mange un bœuf et c’est impossible pendant le câreme J