J’ai testé pour vous « La ménagerie » du Jardin des plantes !

J’ai un de mes meilleurs amis qui est « super fan des pandas roux, c’est trop kawaiiii !!!! » alors je me suis dit qu’aller voir des pandas roux pour son anniversaire, ça ne pourrait qu’être une très bonne idée ! Originaire de l’Himalaya et des plaines d’Asie, ça faisait un peu loin et un peu cher d’aller le rencontrer dans son milieu naturel. Ni une, ni deux je commence à chercher les zoo à proximité de la capitale où on peut en voir quand mon frère m’indique qu’à la ménagerie du jardin des plantes, en plein de Paris, il y en a : 2 !
Samedi 16h, rendez-vous à l’entrée du jardin des plantes et hop, en route !
Panda Roux
On en a vu qu’un…l’autre se sentant tellement à l’aise sous les cris des enfants et les flash des appareils qu’il aura préféré un endroit plus caché, alors que ces espèces vont naturellement se percher dans les arbres pour éviter leurs prédateurs et glander tranquilles.

Le Zoo de la ménagerie est LE plus vieux zoo de Paris, inauguré en 1794, et un des plus vieux zoo au monde. Ainsi sur une surface de plus de 55 000 m² se trouve regroupés plusieurs milliers d’animaux, dont un tiers se trouve en voie d’extinction.
C’est donc tout naturellement que se pose la question de la légitimité des Zoo quand on voit ces panthères enfermées dans 20m² entrain de tourner en rond ou encore ces crocodiles inertes, gueules ouvertes sur le béton sur une surface encore plus petite ou encore ces orang-outan le dos courbé fixant la porte de leur « habitat »…Est ce la question de la légitimité des Zoos qui doit se poser ou est ce l’existence de certains zoo au cas par cas ?
Bien sûr, de nombreux animaux seraient plus heureux dans leurs habitats naturels mais est ce que les Zoos ne protègent pas certains animaux des hommes (les braconniers en particulier mais aussi chacun d’entre nous qui épuisons un peu plus chaque jour les ressources naturelles et obligeons la migration de certains animaux), des autres animaux (les lions mangent régulièrement leurs lionceaux, des madame rhino sont tuées sous la violence de Mr en rut,…)…Est ce que nous devrions laisser des races s’éteindre parce que « la nature » reprend ses droits ou avons nous un devoir de protection et de conservation puisque nous sommes en mesure de le faire ?
Pour info, 3000 à 5000 animaux sont euthanasiés tous les ans pour cause de consanguinité…Le job de reproduction se fait mais à priori pas toujours comme il faut. Je ne suis pas pour l’euthanasie mais quand on découvre les actes de certains consanguins (humains), on ne peut plus être complètement contre 😉

Végétarienne, à tendance végétalienne…qui finira surement vegan puisque j’ai du mal avec la juste mesure, je devrais m’indigner au sujet des zoos et les boycotter, au nom de l’éthique animal. On ne met pas des animaux dans des cages pour les exposer, on ne prive pas les animaux de leurs libertés, nos droits sont égaux…l’animal est un être sensible (depuis le 28 janvier 2015 seulement !).
« On sait que les animaux sont capables d’éprouver des souffrances, et d’avoir conscience de leur souffrance. A partir du moment où on les considère comme des êtres sensibles, le problème de la manière dont on les traite se pose« . Elisabeth de Fontenay, écrivain et philosophe.

Est ce que je mettrais mon semblable dans une cage ? (Comme dans les prisons ? Ah oui, mais là ce n’est pas pareil, ils ont mal agi ! Les animaux n’ont rien fait d’autres que d’être au mauvais endroit au mauvais moment !) Pour des raisons éthiques, je me dois de boycotter certains zoos…pour des raisons pratiques (et financières), je sais que je n’aurais jamais pu voir certaines races si j’avais du les visiter dans leurs milieux naturels (en aurai-je eu seulement l’envie ?), pour l’expérience humaine, voir en « vrai » certains animaux, même derrière une vitre, un enclos,…est une expérience hallucinante où l’on se sent définitivement une toute petite chose. Je vois l’immensité.

Cette après-midi au zoo alternait entre magie et indignation, je ne retournerais plus à la ménagerie du jardin des plantes pour ne pas cautionner les conditions de vie déplorables de certains animaux…mais je n’exclu pas le fait d’emmener une fois, un jour, mon enfant (ou celui de mes amis végan …Hihi !) dans un zoo plus en adéquation avec mes convictions.
20150905_165515

Et vous ? Que pensez-vous du Zoo ?

Publicités

J’ai testé pour vous…Mundolingua !

Non, ce n’est pas un instrument de musique (l’instrument, c’est la mandoline), ni un lézard et encore moins un club dédié à des couples en baisse d’idées pour pimenter leurs vies !
Non, Mundolingua, c’est un musée dédiée aux langues (ou à la langue) sous tout ce qu’elles sont. Je m’explique, un passionné, Mark Oremland (Oui, oui son nom vous dit forcément quelque chose…L’homme qui a instauré un vol historique en bimoteur, en DC3, l’année dernière…C’est lui ! En hommage à Jean Batten, la première femme qui  « en 1936, à 27 ans, la première femme à relier en avion la Grande-Bretagne à la Nouvelle-Zélande en solitaire. Partie de Lympne, dans le Kent, le 16 octobre 1936, elle posa son Percival Gull six onze jours et quarante-cinq minutes après son départ. »…Une femme et le 16 Octobre…Babyyyyyyyyy je vais me recycler, je crois que c’est ça que je dois faire, PILOTE !!!! …Et Mark l’a fait en 21 jours) Bref, Mark est un homme pas comme les autres qui a décidé de partager sa passion des langues en créant ce musée.
Un musée atypique conçu comme un parcours de jeu avec des « continents » : Le continent du langage, de l’apprentissage, des langues, des nouvelles technologies, du jeu avec la langue,…

Mundolingua1

Les types de supports utilisés sont multipliés pour utiliser presque tous nos sens ( seul le goût est absent…et c’est peut-être mieux ainsi ;-)) mais surtout pour dynamiser la visite et ne pas lasser le public.

J’ai pu ainsi  :
– Découvrir l’existence des VOC , ce sont des molécules volatiles qui permettent aux arbres de communiquer entre eux et de se protéger de dangers !  Et ouai, bluffant, non ? Ainsi on apprend qu’en afrique, les arbres communiquent entre eux, pour prévenir de l’arrivée de troupeaux antilopes et dire ainsi se mettre à produire plus de tanin sur leurs branches inférieures afin de les empoisonner !
– Visionner une partie d’Ali-Baba en phonétique (GENIAL !!! ça m’a donné envie de le revoir d’ailleurs),
– Apprendre que la consommation excessive d’alcool perturbait mon élocution, me désinhibait et provoquait dès le lendemain un sentiment de gêne absolue suite au comportement de la veille (Non, ça j’avoue, je le savais déjà 😉
– Ecrire mon prénom en braille (et celui de chéri-coco, ça va surement m’être très utile),
– Comprendre comment se fait la prononciation, d’où sortent les voyelles (Oui d’accord, de ma bouche…mais encore ? ;-),..
– Constater qu’en France, le Picard est une langue « en danger »…Quel dommage, c’est presque aussi sexy que le québécois 😉
Picard
– Voir que le chien fait « ouaf ouaf » en français et « vuh vuh » en Finlande !
20131219_161130
– Pratiquer la langue de bois (Mais ça je ne vous montre pas, il faut aller voir 😉
– Avoir envie de me procurer le dictionnaire des gros mots, qui explique d’où ils viennent et comment ils ont vu le jour !

Etc etc…mais je peux pas tout vous dire non plus 😉
2h passées (des petits tabourets sont disponibles pour se reposer ou regarder les vidéos sans se fatiguer) et nous n’avons pas tout vu ni tout essayé…et oui, c’est pas SFR et pourtant  » C’EST PAS FINI » !!!

7€ l’entrée pour un adulte…(et 25€ seulement le pass à l’année), ce serait dommage de passer à côté !
A voir, à faire, à revoir et à re-faire sans modération !!!
Et cerise sur le gâteau ! Mark est souvent présent et partage volontiers ses connaissances avec vous 😉

Donc Mundolingua, c’est ici ! Si vous y allez, venez partager vos commentaires avec moi 🙂

J’ai testé pour vous…Le Club MED de Vittel !

Débarrassez vous de vos à priori : Le Club MED ce n’est pas que les bronzés, les animations, les mecs en moule bite autour de la plage et Vittel ce n’est pas qu’un temps pourri parce qu’on est à l’est, de l’eau, des personnes âgées qui suivent des cures, des thermes,… Voilà, ce n’est pas QUE ça mais ça l’ait aussi et il ne faut pas l’oublier ! Pourtant, j’ai passé un week-end…heu…ah si, voilà, dépaysant, amusant, féminisant et pas du tout gnan gnan ! Comme quoi, l’endroit ne compte pas vraiment quand on est bien entourées J

J-10 : Gilles Lerefus, chef de mon village (si, si c’est presque son vrai nom mais maintenant on est trop vieux pour se moquer !) m’envoi un courrier pour me souhaiter la bienvenue et me dire qu’il a hâte que j’arrive ! Ca c’est un bon chef qui a bien intégré l’importance du Marketing Relationnel ! Et là, au dos du courrier, surprise ! La photo du Gillou en taille Photomaton. Ce fut mon premier contact avec Gillou.

J-1 : Communication du Dress Code. Vendredi rose et blanc et samedi élégant. Pour l’élégance, je peux trouver facilement mais rose et blanc, les deux couleurs que je porte le moins. Ah Gillou, tu ne me facilites pas la tâche ! Alors, qu’est ce que j’ai de rose ? Mes boucles d’oreilles étoiles, un collier en plastique,…et mon bonnet de bain cochon (non, ça c’est pour Rosemonde) et de blanc une vieille robe. Parfait.

: L’arrivée Après trois heure et demi de route et quelques pauses pipi, voiture exclusivement féminine oblige, nous voilà devant notre hôtel : Les Curiales… ou Les Curtilles. A l’accueil, une petite brunette lunetteuse en pleine dépression nous donne nos bracelets « All Inclusive »…Alléluia ! Notre badge de porte, clé de chambre et carte accès piscine, golf,…en nous indiquant que – Le petit déjeuner est jusqu’à 9h30 ici (jamais testé L !), le déjeuner c’est entre 12h et 14h et le dîner entre 19h et 21h30 au Derby’s.
– Très bien. Et le matin, réveil au Clairon et pompes obligatoires ? Note pour plus tard, la réceptionniste n’a aucun sens de l’humour. Arrivée dans la chambre, 2 réflexions nous viennent naturellement :
– Wahou trop bien, une bouteille de Vittel offerte ! et,
– Dis donc, ils pourraient embaucher Valérie Damidot que la décoration serait pas pire, heureusement la fenêtre en vis-à-vis est jolie ! Après le visionnage incontournable de Secret Story pour nourrir l’étude psychosociologique que nous menons avec Karotte sur l’évolution de la race humaine dans le cadre d’un enfermement et les limites de la bêtise chez la production, nous sommes parties à la découverte du Club…et du « all inclusive ».
– Alors là c’est l’entrée, là, le bar…
– Ok, nous on s’arrête là. Alors, qu’est ce qu’on peut prendre ? 6 cocktails plus le cocktail du jour. Moi qui ai toujours beaucoup de mal à choisir, on peut dire qu’ils me facilitent bien la tâche ! Allez le cocktail du jour : un punch plutôt sucré. Après un aller-retour à Nancy (oui on aime bien découvrir la région) pour aller chercher Rosemonde à la gare, un changement express pour respecter le dress code, nous voilà dans la salle à manger du restaurant. Devant nous des buffets à n’en plus finir : entrées, plats, desserts, vin, bière pression à faire soi-même – là j’ai marqué des points avec mon savoir-faire … pas à boire de la bière, à la servir bien sûr ! Verdict ? Le buffet c’est parfait quand on évite de tout goûter sinon en plus de ne plus pouvoir fermer son bouton de pantalon, on est toute ballonnée et lourde !

Sitôt fini, direction le Cotton Club afin de découvrir les « Crazy Signs »…Vous vous demandez tous « Mais qu’est ce que c’eeeeest ? ça a l’air dingue comme truc ! Un appel au martien ? » Non ! Vous vous souvenez de « Bienvenue à Galaswingua » et de la danse des GO ? C’était des Crazy Signs ! Quel ravissement de voir 6 ou 7 GO (prononcé Géo mais sans rapport aucun avec la géographie ! Un GO est un Gentil Organisateur non physionomiste qui te dit bonjour 15 fois s’il te croise 15 fois dans la journée. Le GO peut avoir des spécialités : GO golf, GO Bar, GO toilettes (ce dernier n’organise rien dans les toilettes contrairement à ce que son nom indique, il les nettoie juste). Donc, quel ravissement de voir 6 ou 7 GO danser et chanter sur une petite estrade ! Quelle joie de voir leurs petits bras se lever et se replier en disant « Allez, tous avec nous ! On suit le mouvement ! Alleeeeezzzz !» Quand à nous, nous ne sommes pas des GC (Gentils Clients) mais des GM (Gentils Membres), gentils mais pas sages, parce que l’appellation SM était déjà prise 😉
On sort fumer une clope et là, instant magique : « Gillou, le maître de mon village,…ah non, le chef de mon village » ! Rencontre mitigée. Gillou n’est pas drôle…ahhhh mais peut-être que Gillou est le père de la réceptionniste dépressive ! A minuit, fermeture des portes du Cotton, direction Le Night-Club « LA » discothèque du CMV (Club Med Vittel pour ceux qui ne suivent pas) et là, ambiance de folie…Que des gamins entre 4 et 16 ans entrain de se déhancher sur le piste de danse J 1h du mat, ils sont toujours là… »Hé les marmots ! Y’a plus de couvre-feu en 2010 ? Sarkoooooooooooo fait quelque chose !!!! Nous aussi on veut danser ! » Et là, un GO grimpe sur la rambarde pour danser. Ah mais oui, je n’avais pas pensé à la rambarde ! Ni une ni deux, je fais pareil et au moment où je me redresse je me cogne la tête dans le plafond et voilà le placo qui s’effondre sur Karotte ! Pas facile d’être grande,…en plus d’être jolie et bien foutue 😉 A cet instant on n’a senti que le Gentil Organisateur qui m’a demandé de descendre était entrain de devenir un OC : un Organisateur Contrarié ! Ok, désolée, je retourne danser au milieu des trolls ! 3h du matin, on file se coucher…pfff pas fatiguée du tout ! Et si on allait fumer une clope sur le toit avant de faire une bataille d’eau dans la chambre de Rosemonde ? Résultat : Changement de chambre à 5h du matin pour éviter de dormir dans des lits étaient trempés.

Jour 2 : Veille d’anniversaire Lever à 11h pour notre étude, oui, on prend ça très au sérieux ! Déjeuner buffet, piscine en plein air à moins de 19°, douche, préparation et hop, on file à l’ermitage (sans h et avec un seul t) pour dîner. La spécificité de l’ermitage, c’est que c’est un restaurant – hôtel 4 tridents au lieu de 3 comme le Derby, le max étant 5 tridents après c’est le grand luxe, les Clubs Medois VIP quoi ! Alors autant vous dire que 9 filles, dont 2 blacks et un garçon à une table entrain de boire du champagne au milieu de vieux cadres ramollis de 50 ans et plus, ça a fait son effet ! Heureusement on a super bien diné dans un cadre plus sympathique ! J’ai eu la chance ce soir là de faire une grande rencontre avec Stéphane, ou Nicolas peut-être, bref le photographe de la soirée, qui m’a tout de suite permis de me rappeler pourquoi est ce que finalement je préférais draguer que me faire draguer ! Ah la subtilité et le classe masculine, tout un poème cet homme ! Alors le CMV (heureusement qu’à La Poste ils font pleins d’acronymes sinon j’aurais été toute déboussolée là-bas ), c’est comme chez Mickey ! Dès qu’il y a une animation, tu es pris en photo et ensuite tu peux aller les regarder dans une sale dédiée ou tous les GO ET les GM (pas de jaloux) peuvent venir admirer ta fraicheur plus la soirée avance. Et si tu veux être sur de ne jamais oublier ces instants partagés, tu peux même acheter des photos à 12, 19 ou 45 €, ce n’est pas fantastique ça ? Un poster de toi à 3h du mat en fermeture de boîte pour la cheminée de Papi et Mamie : merci monsieur le photographe !

C’était un très bon week-end, mais je n’aurais jamais l’esprit Club Med je pense ! Pour en savoir plus, vivez votre expérience Club Med !

J’ai testé pour vous le pub en proche banlieue…

Vendredi soir j’étais chez ma copine Lula entrain de refaire tranquillement le monde, posée sur son canapé quand elle m’a dit « Tu veux une bière ? Allez, je t’accompagne »…Quoi ???? Oui, bien sûr, je suis toujours partante pour une bière mais est ce bien sérieux ? Tu sais ça fait 2 mois que tu n’as pas bu une goutte avec ton régime draconien et…avec une bière tu vas être complètement saoule…ça n’a pas loupé, une bière et je ne la tenais plus…
Ma copine zen, raisonnable et sérieuse s’est transformée en une boule d’énergie incontrôlable…Il fallait boire une autre bière puis attaquer la bouteille de champagne, appeler Ella pour lui dire que sa copine était un boulet…et puis sortir boire d’autres verres dans un pub…Sortir boire d’autres verres dans un pub ?

Mais Lula, le pub le plus proche est à…je ne sais pas moi, loin…et pffff, qui sort en banlieue le week end ? (je sais ça fait un peu parisienne prétentieuse…mais pas du tout, je suis moi-même actuellement banlieusarde)…Elle se met debout face à moi, les jambes un tantinet  écartée pour garder l’équilibre, approche son visage du mien avec son petit doigt accusateur pointé vers moi et me dit : « Ecoute Marinette, ça fait 2 mois que je n’ai pas bu une goutte d’alcool, j’ai recommencé avec toi …Gloups…comment je dois prendre ça ? Comme une faveur…ou comme si j’étais SA copine référence en soirée picole…Je vais prendre la faveur ;)…et je veux sortir, MAINTENANT ! Alors, tu prends ton manteau, mets tes chaussures et on ya va…Et en 2 temps 3 mouvements Lula s’était changée, maquillée, parfumée et m’attendait devant sa porte avec son sac à la main et le sourire le plus satisfait que j’ai vu ses derniers mois, comme quoi le bonheur tient à peu de choses :)…

Nous voilà parties, à pied…un peu guillerettes…on s’arrête dans un premier pub, on s’assoit…ambiance pourrie, la serveuse arrive, on la regarde « Qu’est ce que vous prenez ? »…Ben vu l’ambiance, moi la porte…et toi Lula ?…Pareil 🙂  Hop, on se casse…Mais si Marinette, y’a un autre pub…non pas loin, tu vois la gare de RER ?…Non, c’est pas loin, ben c’est juste après …M’en foues Lula, moi j’y vais pas à pied…et hop je me mets en plein milieu de la route et je commence à agiter les bras…une première voiture fait un écart mais la seconde s’arrête…Une Mercedes verre bouteille, intérieur cuir, la vitre se baisse et le mec à l’intérieur tire ses lunettes de soleil (en pleine nuit, il est fort le mec…je pense qu’il avait l’accessoire sous la main et hop, en nous voyant, tellement ébloui par deux sirènes en plein milieu de la rue qu’il les a mises ;-)…nous regarde par-dessus avec un bon vieux sourire de cake « Salut les filles…vous allez où comme ça ? »…A pied, on n’ira pas loin mais dans votre voiture, on ira au moins jusqu’au prochain pub…Je n’ai pas eu le temps de terminer ma phrase que Lula avait déjà pris place dans la voiture…Alors vous allez tout droit, ensuite à gauche et à droite…Et vous faites quoi à cette heure là dans ce bled ? … Je fais les sorties de RER, je me trouve souvent une nana à ramener à l’hôtel !

Je suis tombée des nues…la société évolue et moi je reste avec mes vieux principes d’éducation…Ne pas monter en voiture avec inconnu…bon, sauf si je suis accompagnée…mais de là à aller coucher avec un mec à la sortie du RER, surtout avec un type comme lui, la vache, il faut avoir super faim ou savoir qu’on est condamnée demain matin à 8h et que c’est notre dernière nuit de sexe…et encore, je pense que je préférerais jouer avec Bunny ;)…Lula reprend…Ben nous, vous allez pas nous  niquer…fou rire de l’alcoolique dans la voiture puis elle reprend très sérieusement…Ah non, je me suis trompée, en fait c’était l’autre…bah on est pas loin, fais demi-tour…et là j’ai vu le moment où le mec allait péter les plombs et nous tuer l’une après l’autre après nous avoir fait subir de nombreux sévices…J’ai donc attrapé Lula et j’ai ouvert la porte pendant qu’il faisait demi-tour…Non c’est bon, on va descendre là, merci beaucoup…et bonne fin de soirée…Il est resté  quoi et a repris sa route…Il devait être 1h du mat quand on est arrivées au pub pour une dernière bière…des gens partaient tandis qu’on se faufilait plus ou moins discrètement à l’intérieur…

Dans ce pub, il ne servait ni HK, ni 16,…ni rien de tout ce qu’on voulait donc en bonnes princesses, nous voilà Lula et moi entrain de s’indigner devant le barman (qui était aussi le patron : gloups !)…Mais qu’est ce que c’est que ce pub ? Ah on est bien en province !!! Et là, je le vois faire le tour du bar, m’attraper et me poser sur son épaule comme un vulgaire morceau de barbac et m’emmener vers la sortie…Prise de panique…revenue à ma condition de faible femme…j’accepte de boire n’importe quelle bière ou autre alcool, mais je veux pas aller dehors en débardeur :)…Ok il me repose, dorénavant…motus et bouche cousue…quand mon téléphone vibre…Ahhhh salut ça ? Ouai, je suis dans un pub ringarrrrrrddd à souhait, ouai tu y es allé quand t’étais jeune…attends j’ouvre la porte pour regarder comment ça s’appelle…Et là, on m’attrape par le bras…Tu rentres ou tu sors mais tu ne restes pas en plein milieu Ok ? Parce que tu vois quand la porte est ouverte, y’a des gens bourrés qui peuvent rentrer et moi ça m’ENERVE…OH putain Kojak, tu vas pas gueuler comme ça tu vois pas que je suis au téléphone ?…et puis à part les potes de l’homme invisible y’a personne dehors !!!…Et mince, c’était le videur !…Lula est intervenue tandis qu’il me criait dessus et me poussait vers la sortie…Mais Ohhhhhhh, elle rigolait…et puis il est sexy Kojak…Heu Lula, je ne suis pas sure que tu m’aides là…Quel couillon pourrait croire que Kojak est sexy ?…Ah, j’ai parlé trop vite, lui apparemment, tant mieux pour moi !…Nous avons pu finir nos bières tranquillement…et à 2h30, je me retourne…plus de Lula…personne…me voilà entrain de m’égosiller dans le bar…ma pouleeeeeeetttte ? Tu es où ????…Kojak intervient…je crois qu’elle est sortie…Hé oui, elle était dehors ma poulette entrain de vomir…mais juste devant les marches du bar ringard, là où tout le monde passe…et pour dire comme ils sont gentils ces provinciaux, Kojak nous a même raccompagné dans son camion ! Comme quoi, les mecs préfèrent vraiment les filles super casse-pied…ça ne donne pas envie de faire des efforts 😦

La phrase de fin « Si j’avais été lui, je me serai laissée rentrer à pied, ça m’aurait peut être servi de leçon…alors que là 🙂 »

J’ai testé pour vous…LA Belière !

Samedi soir, je suis allée dans une pépinière de gens chouettes…hé oui, ça existe, faut juste le savoir !!! Nous connaissions tous les pepinières d’entreprises qui permettent à des gens de lancer leurs entreprises…il y a aussi les pépinières d’artistes…et moi, je suis allée à « La Bélière », bar-resto dans le 14ème, pour boire un dernier verre… à 22h30 (je reconnais, c’est ultra tôt pour un dernier verre un samedi soir…mais à l’approche de la trentaine, je commence à faire ma mémère 😦 !)…
La Beliere Paris 14
On entre…ambiance « cosy », un petit groupe de Jazz avec batterie, gratte et…contrebasse…l’espace d’un instant j’ai eu l’impression d’être dans « Les aristochats », humm, coup de nostalgie ;)…on se pose au bar…coup d’oeil de la patronne…coup d’oeil du barman…comme une impression d’être à Groland… »bon, on prend juste un verre et on y va « … »2 demis svp »…puis un get 27 et un cognac…encore 2 demis… »

Etait ce l’alcool qui nous donnait l’impression que finalement l’ambiance devenait chouette…ou était ce l’ambiance qui était chouette et qui nous donnait envie de rester ??? Mystère…plus le temps passait plus les langues se déliaient et c’est là que tout a commencé…Nous sommes entrés dans le tourbillon de la vie…Nous avons commençé à discuter avec Fred, VRP, la quarantaine amoureuse de la vie, avec un homme et deux enfants à la maison…qui a fini sa soirée à rouler des pelles au guitariste black…Une adolescente :)…puis ça a été le tour d’Eve, la cinquantaine, mal dans sa peau avec un physique peu avantageux mais un coeur d’or…ce soir là elle a croisé Piero, le peintre du quartier…un air d’Arno, un avis sur tout…une passion pour son art et une petite flamme dans ses yeux quand il en parlait…A 4h du mat’ Eve me prend par la main :
– « J’y vais…j’ai un thé à préparer... »
– « Tu vas boire un thé à cette heure là ? Mais c’est un coup à ne pas dormir ça ma bonne dame…non tu devrais plutôt te faire une tisane Eve ! »…
– « Faut pas que je dorme, c’est pour Piero 😉  »
…Et voilà Eve et Piero qui filent au petit matin…comme quoi à la cinquantaine, on peut encore rencontrer quelqu’un un soir, retrouver son coeur d’adolescente et aller faire des folies toute la nuit ! J’adooooore ! » Puis ça a été le tour de Plastic (non ce n’est pas son vrai nom…mais wahouhou qu’est ce qu’il ressemblait à Plastic Bertrand..ok avec une tête en moins et quelques kilos en plus ;)…Plastic était saoul comme un cochon…on s’est retrouvés tous les 2 à fumer une clope dehors (merci la loi anti-tabac dans les lieux publics !)…
– « Tu saiis, quand je vois une filllllle comme touaaa… (ce n’est pas parce que je ne sais plus écrire, c’est parce que vraiment il était archi-bourré…peut-être qu’un jour je m’ ésseayrais à enregistrer mes histoires sur dictaphone et à les mettre sur Myspace…qui sait ? ;)….hé beeeen j’me dis que je devrais quitter ma meuf ! »….Ahhh ! la bonne idée, moi qui rêvais depuis toute petite de me taper un boulet alcoolique qui s’habille ultra moulant et qui a piqué toute la laque de sa mère pour…heu, je suis désolée…ressembler à rien :(….
– « Alors pourquoi tu voudrais quitter ta meuf ? tu n’es pas heureux avec elle ? Tu ne l’aimes pas ? Hummm…elle est vilaine ? 😉 «  ….
– « Bahhhhh naaa hein, elle est belle et puis elle a….une poitrine, ah je te jure, elle est …enoooooorme
– heu, ta copine ? ou sa poitrine ?
– ….mais tu vois, quand je te vois et toutes ces autres belles nanas…j’me dis « Pourquoi je peux pas toutes me les taper ?« …
Hé bé mon con ! P’tete parce que tu n’es pas un animal ou p’tete parce que ce n’est pas correct ?…

-«  Heu, plastic ? Je peux te donner un conseil ? Je pense que si ta copine t’aime tel que tu es (et dieu sait qu’elle a du mérite !), garde là ! Vraiment tu as trouvé une perle ! » ….
–  » Ahhhhhhh Marinette, t’es géniaaale…je t’adoooooore, tu le sais ça , hein ? C’est dommmage pour tous les deux….ça ..tu vois ça aurait pu marchééé« …ou pas ! hé oui, on ne saura jamais Plastic !…mais ce n’est pas dramatique, j’arriverais à vivre avec :)…
Je retourne dans le bar, le laissant repeindre le caniveau (hé oui, il faut savoir laisser les gens seuls de temps en temps, un peu d’intimité ne fait pas de mal;) !…je m’assois au bar quand guillaume, quarantenaire, père de famille et pdg d’une société de recouvrement (humm oui, ce n’est pas sexy…et un peu tordu comme idée…Comment un matin on peut se lever et se dire « Heu tiens, si je montais ma boîte ? Heu oui, une boîte de…je sais pas…tiens recouvrement, c’est bien ça 😉 « …il s’assoit face à moi (mon mec était juste derrière nous et guillaume savait que je n’étais pas seule : le saloupiau !) et commence à me parler en me caressant les cuisses…
– » heu excuse moi, je pense que tu t’égares…c’est MES cuisses ça, pas les tiennes…alors tu reprends tes petits mains et tu dégages 🙂 »
– « Ahhhhh comme t’es, mais tu sais je suis marié et heureux ? »

– « Bah justement, si tu pouvais éviter de me dégoutter de la gente masculine, ce serait bien urbain de ta part ! » …Et voilà, dégagé !…Non mais, est ce que tous les hommes passés 4h du mat et avec 3g dans le sang sont comme ça ? La vache ! Je vais passer aux nanas moua 🙂 …La soirée continue, on boit, on danse…et à 7h, on rentre…Cette soirée a été un moment passé dans un autre espace temps, une tranche de vie…la magie des rencontres, la magie de la vie…si vous passez dans le 14ème, arrêtez vous et savourez 🙂